Première sortie de longe-côte adaptée aux aveugles et malvoyants.

En exclusivité le 24 juin, venez vivre un loisir pas comme les autres. Le longe-côte est une randonnée aquatique qui consiste à marcher en mer une fois l’eau à la taille, en groupe, en file indienne. Un bol d’air marin qui vous fera du bien ! 

Le longe-côte : une randonnée aquatique peu banale

A l’initiative de Grégory Dubois, jeune trentenaire sportif et déficient visuel (retrouvez son portrait en cliquant sur ce lien), l’ASBL Les Amis des Aveugles, est la première association belge à participer le 24 juin à une sortie longe-côte organisée dans le Nord de la France. « Ce sport, à la base pour les voyants, consiste à marcher dans l’eau de mer en combinaison. Ça ne paraît pas physique mais c’est physique. Après tout, il y a la force de l’eau, les vagues, les marrées, le vent et j’en passe ! », nous explique Grégory.

Le jeune homme, montois d’origine, a découvert ce sport, il y a quelques années, un peu par hasard.  » Ma mère avait commencé à faire du longe-côte et je ne l’avais pas prise au sérieux. Tout est parti d’une boutade. Je lui ai lancé un jour : marcher dans l’eau, c’est un sport pour grand-mère ! Elle m’a mis au défi de faire mon baptême. Je me souviens qu’il y avait beaucoup de vagues ce jour-là et quand je suis sorti de l’eau, j’étais épuisé… J’ai dormi tout l’après-midi. Puis, pour des raisons de santé, ma mère a dû arrêter et mon père a voulu tenter un baptême, le 13 juin 2015, à l’occasion des journées de la mer à Bray-Dunes, tout près de Dunkerque. ». (Source :La Province)

Une activité adaptée aux personnes déficientes visuelles

« Étant presque aveugle, au début, je tenais ma mère par les épaules, ce qui était une très mauvaise technique. Je n’étais pas libre, plus lent et toujours avec elle et ce n’était pas une bonne façon de rencontrer les gens. »

Pour pouvoir pratiquer le longe-côte avec son fils, Patrick Dubois, va alors avoir une idée révolutionnaire : il va développer une première barre guide afin de pouvoir l’orienter dans l’eau, sans devoir le tenir par la main ou par les épaules Jusqu’en avril 2016, Grégory et son père vont ainsi pratiquer ce sport comme un simple loisir, tout en cherchant à améliorer leurs performances dans l’eau. « Au départ, j’ai inventé cette barre guide pour des raisons de sécurité. L’avantage, c’est que la personne non-voyante ne se tient pas sur les épaules de la personne valide. Ainsi, s’il y a une vague, elle n’aura pas le réflexe de la pousser dans l’eau. Beaucoup de gens ont également une répulsion à tenir, par exemple, un aveugle par la main pour le guider. Et de cette façon, la personne non-voyante est passive. »

Plusieurs autres barres guide ont été développées, dont un modèle de compétition et une autre permettant de guider trois personnes non valides ou affaiblies par une maladie grave. Mais l’intérêt pour cette barre dépasse le monde restreint du longe-côte. Des clubs de marche en montagne se sont aussi manifestés afin d’acquérir un exemplaire.  »  On ne s’y attendait pas du tout ! Notre souhait à présent est que cette invention soit protégée et que mon père soit reconnu comme étant l’inventeur. On espère qu’elle se développera à grande échelle. Notre but n’est pas de gagner de l’argent mais avant tout d’aider les gens « , conclut Grégory. (Source La Province)

Infos pratiques

Sortie prévue le samedi 24 juin – GRATUIT (14h30 – Salle Dubois, rue Jean Baptiste Charcot – 59495 Leffrinckoucke). Les combinaisons vous seront fournies mais pensez au nécessaire de douche !

Inscriptions et renseignements sur les possibilités de prises en charge au 065 40 31 00 ou s.sports-loisirs@amisdesaveugles.org

Les news sportives du service loisirs

Envie de vous balader ? De redécouvrir la nature ? Ou tout simplement de prendre l’air ? Préparez vos chaussures de marche ou vos baskets car la saison s’annonce dynamique pour le service loisirs des Amis des Aveugles qui vous propose de nouvelles activités et dates de rencontre. En compagnie d’une dynamique équipe de bénévoles, nous vous garantissons un pur moment d’évasion ! Prochaines activités dans l’article ci-dessous.

Marchons ensemble tous les mois

  • Jeudi 3 novembre (Départ 13h30 – Place d’Eugies) : Boucle d’environ 5 km entre sentiers et circuits balisés à la découverte du patrimoine naturel du territoire des hauts pays.
  • Jeudi 1er décembre (Départ 13h30 – Place de Nimy) : Balade d’environ 6 km sur les chemins de halage du canal Nimy – Blaton.

https://i0.wp.com/amisdesaveugles.org/images/sitefr/edit/agenda/Loisirs/marche-amis-des-aveugles.JPG

Sportons-nous… aux bottines du lac !

Dimanche 20 novembre (Départ 10h15 – Ferme du Badon, Lacs de l’Eau d’Heure)

Les Bottines du Lac est LA course nature à ne pas rater ! Outre le jogging (7, 16 et 22 km), un parcours en joëlette est prévu pour les personnes porteuses d’un handicap physique et un autre pour les plus jeunes. Différents stands sont au programme : magicien, tombola, test de vélo, stand d’étirement, stands d’informations santé et bien-être, petite restauration… Marcheurs, joggeurs, soyez au rendez-vous ! La participation sera prise en charge par l’ASBL pour les déficients visuels mais les inscriptions sont obligatoires.

copyright-les-lacs-de-leau-dheure

Copyright : Les Lacs de l’Eau d’Heure

 

 

La marche nordique, ça vous dit ?

Le service Loisirs vous propose prochainement une nouvelle activité : la marche nordique adaptée. Praticable en toute saison, cette activité est idéale si vous n’avez pas pratiqué de sport depuis longtemps. Curieux ? Prenez vite contact pour plus d’informations.

Et le Cécifoot ?

Vous êtes fans de football et vous souhaitez en pratiquer ? Essayez le cécifoot : un sport spécialement adapté pour les personnes non et malvoyantes, se jouant à 5 contre 5. Nous cherchons actuellement des passionnés du ballon rond afin de constituer une équipe de cécifoot dans la région montoise. Intéressés par l’expérience ? Manifestez-vous au plus vite !

men-playing-soccer-on-stadium

N’oubliez pas nos rendez-vous piscine chaque mercredi à Mons !

 

Inscriptions et renseignements : 065 40 31 00

ou s.sports-loisirs@amisdesaveugles.org

Jouer au football sans voir : le cécifoot ou 5-a-side

Le cécifoot ou football 5-a-side est une adaptation du football pour déficients visuels. Le Brussels 5-a-side inaugure ses infrastructures dans le cadre d’une manche du championnat de France à Bruxelles les 26 et 27 mars 2016.

Le Brussels 5-a-side est le premier club belge de cécifoot a avoir vu le jour, au départ d’une ASBL créée en 2000 qui a pour objet  l’intégration de la personne en situation de handicap via le sport, en ce compris son bien-être et sa vie sociale.  Les joueurs pratiquent cette activité sous forme de loisir ou en compétition.

-® James Bill (4)

-® James Bill

Faute d’équipes suffisantes (uniquement 3 équipes francophones et aucune néerlandophone), organiser un championnat belge est impossible. Les joueurs doivent donc participer soit à un championnat d’un pays (voisin de préférence, pour la longueur des déplacements et les frais y afférents), soit à des tournois amicaux internationaux pour augmenter leur niveau de jeu. Le club participe depuis 2010 au championnat français. Aucune infrastructure aux normes internationales n’existait en Belgique jusqu’en octobre 2015.

Avec l’aide de Cap 48 et de la Région Bruxelloise, le Brussels 5-a-side a pu se doter des barrières latérales fabriquées par la firme qui a fourni les Jeux Paralympiques de Londres en 2012.  Implantées à l’Académie du RSC Anderlecht, grâce à la Fondation Vanden Stock,  elles donnent la possibilité aux joueurs de pratiquer leur sport sur terrain synthétique en outdoor, comme demandé par le règlement international.

Vu cette nouvelle possibilité, le club organisera une manche du championnat de France le 26 et le 27 mars. Parallèlement aux matches, un atelier de sensibilisation au cécifoot se déroulera sur un terrain annexe, afin de faire prendre conscience, aux personnes voyantes, des difficultés que représente la déficience visuelle et de ce fait, modifier le regard sur le handicap et promouvoir l’intégration de personnes moins valides dans la société en général et par le sport en particulier.  Toute personne valide ou moins valide pourra essayer la discipline grâce à un encadrement approprié.

Jouer au football sans voir – le cécifoot ou 5-a-side (dénomination paralympique)

Le cécifoot ou football 5-a-side est une adaptation du football pour déficients visuels. Sa pratique est régie  par un règlement international (IBSA) qui définit deux catégories avec des règles propres

La catégorie B1 pour non-voyants et assimilés, sport paralympique se jouant avec ballon sonore et bandeaux sur les yeux. La catégorie B2/B3 pour malvoyants.

Seule la catégorie B1 est un sport paralympique et l’événement sportif organisé concerne uniquement cette catégorie.

Le 5-a-side se joue sur un terrain extérieur aux dimensions de mini-foot (40m/20m) avec des goals de 3m/2m et des barrières latérales disposées sur toute la longueur du terrain.

Les équipes sont composées de 5 joueurs : 4 joueurs de champs déficients visuels et un gardien, bien voyant mais qui ne peut sortir de son goal que dans un espace très réduit et délimité.

Les joueurs signalent leur position par des codes verbaux, certains étant obligatoires pour la sécurité du jeu (« voy »).  Ils sont aidés par trois guides bien voyants : le coach de l’entrejeu, le guide de l’attaque et le gardien qui organise la défense.

-® Oliver Biddle (7)

-® Oliver Biddle

  • Planning

Action de sensibilisation « grand public »  le samedi 26 de 10h à 12h et de 14h30 à 16h30.   Inscriptions sur place.

Compétition les samedi 26 et dimanche 27 mars selon le tableau ci-dessous.

La compétition se déroule sur deux terrains en parallèle, les équipes ayant été réparties en deux pool par tirage au sort en début de saison.

Samedi 26 mars

9h   Handisport Cénon – Cécifoot Charleroi

10h Saint-Mandé – AVH Paris                            et     SCS Paris-  Brussels Anderlecht Violaines

14h Don Bosco Nantes – Saint Mandé             et     Toulouse FC et SC Paris

15h AVH Paris – Cécifoot Charleroi                  et      Brussels Anderlecht Violaines- SC Schiltigheim

17h Don Bosco Nantes- Handisport Cénon     et     Toulouse FC- SC Schiltigheim

Dimanche 27 mars

9h   Saint-Mandé- Handisport Cénon                et     Toulouse FC – Brussels Anderlecht Violaines

10h Don Bosco Nantes – AVH Paris                   et     SC Schiltigheim- SC Paris

  • Lieu de la compétition

RSC Anderlecht- Académie – Drève Olympique 1 – 1070      Bruxelles

  • Plus d’infos
TEL :  02/779.41.58 (+ répondeur) ou 0475/67.40.73
FAX :   02/779.41.58
E-MAIL :  
info@cecifoot.be
info@5-a-side.be
SITE WEB :   http://www.cecifoot.be

Eléonor Sana – Vice championne d’Europe de handiski

Eléonor Sana, 18 ans, fréquente l’enseignement ordinaire en option sport. Sportive belge de haut niveau, elle est actuellement la vice-championne d’Europe de handiski.

Avec quel type de malvoyance vis-tu ? Que perçois-tu ?

J’ai un retinoblastome bilatéral génétique, c’est un can-cer de la rétine que j’ai depuis la naissance. Je perçois les couleurs, les formes. Par exemple à un mètre je ne distingue pas le nez d’une autre personne. J’ai l’impression qu’elle a des trous à la place des yeux car c’est très sombre. Pour mieux vous rendre compte de ce que je vois, approximativement, prenez un sachet de Kellogs vide et regardez à travers.

photo eleanor sana

Photo : à droite Eléonor, à gauche sa sœur Chloé, lors d’un entrainement en novembre 2015 à Tignes.

Comment as-tu appris à skier ?

J’ai appris à skier dès le plus jeune âge, avec mes parents. Je n’ai jamais pris de cours de ski quand j’étais plus petite. Maintenant que je fais de la compétition, c’est vrai que j’ai besoin d’un guide pour pouvoir me retrouver dans un slalom ou autres disciplines. Mon guide qui est notamment ma sœur, se trouve devant moi, elle a un gilet fluorescent et nous nous parlons avec des écouteurs pour que je puisse la suivre.

Est-ce que tu encouragerais les personnes en situation de handicap de faire du ski ? Comment et où peuvent-elles apprendre ?

Oui je les encouragerais, pour qu’elles puissent dépas-ser un sentiment de « limite » dans leur handicap et pour leur montrer que ce n’est pas parce que on a un handi-cap que l’on ne peut pas faire des choses comme le reste des gens. Si ces personnes ont envie d’apprendre je leur dirais de prendre contact avec La Ligue Franco-phone Handisport.

As-tu pris goût à la compétition ?

J’ai toujours adoré la compétition, car avant de pratiquer le ski, je faisais déjà de la gym dans un club où nous avions des compétitions. J’adore montrer ce que je peux faire et me surpasser.

Pour l’opération caritative Cap 48, tu as participé à la course de voiliers Fasnet Race, quel est ton plus beau souvenir ?

Mon plus beau souvenir est d’avoir pu voir les dauphins nager à côté de notre bateau. Tout le monde a mis tout en œuvre pour que je puisse aussi les apercevoir et je les remercie car cela était un merveilleux moments.

Quels sont tes rêves ou projets pour l’avenir ?

Comme rêve et projet en même temps, j’aimerais pou-voir aller jusqu’aux jeux paralympiques d’hiver en 2018.

Reportage de la RTBF

https://www.rtbf.be/video/detail_soc-portrait-eleonor-sana?id=2009114