Transports en commun – Les Amis des Aveugles sensibilisent la ministre Jacqueline Galant et la secrétaire d’Etat Elke Sleurs

Ce mardi matin, deux personnes déficientes visuelles et une instructrice en orientation mobilité des Amis des Aveugles ont participé à une sensibilisation de la ministre fédérale de la mobilité Jacqueline Galant et de la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées Elke Sleurs. Les deux femmes politiques ont accepté, le temps d’un voyage en train, de se mettre dans la peau d’une personne déficiente visuelle.

Jacqueline GalantLes yeux bandés, la ministre fédérale de la mobilité Jacqueline Galant s’est rendue à la Gare de Mons et a demandé de l’aide au point d’assistance. L’occasion d’annoncer une réduction du temps de réservation d’une assistance à 3 heures au lieu de 24 heures au départ de 18 grandes gares (dont la gare de Mons). (Voir le communique de presse du 3 septembre 2015)

http://www.rtl.be/videos/page/rtl-video-en-embed/640.aspx?VideoID=550579

Suivant les conseils avisés de Caroline Rogier, instructrice en orientation mobilité du centre de réadaptation des Amis des Aveugles, la ministre a utilisé une canne blanche et a été conduite non sans mal jusqu’à son train.

« C’est impressionnant ! » a confié Jacqueline Galant au sortir de cette expérience. « On n’a aucun repère donc il y a cette peur de l’inconnu. On doit s’orienter à l’aide des dispositifs au sol. On s’accroche à l’accompagnateur car on a peur de heurter un obstacle. Je pense d’ailleurs que celui de Mons a un bleu au bras ! Au bout de quelques minutes, on prend véritablement conscience de la nécessité d’uniformiser les gares mais également de toute l’importance du service qui est mis à la disposition des personnes non-voyantes. » La Province

Lors du trajet Mons-Bruxelles, Hannelore et Belinda, personnes déficientes visuelles accompagnées de leurs chiens guides et suivies par notre association, ont pu discuter avec la ministre. Elles lui ont expliqué leur ressenti comme par exemple le manque d’annonce vocale dans les trains.

Selon l’agence Belga, « La ministre a trouvé très intéressant de se retrouver dans les mêmes conditions que des personnes handicapées », a indiqué la porte-parole de Jacqueline Galant. « La mesure d’assouplissement annoncée va dans le sens de la réflexion menée concernant la construction et l’aménagement de gares pour le confort des voyageurs et plus particulièrement des personnes handicapées. »

Arrivée à Bruxelles, Jacqueline Galand a rencontré la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, Elke Sleurs qui a vécu la même expérience coté flamand.

Elke Sleurs a éprouvé des difficultés dès l’embarquement, faute de pouvoir être systématiquement assistée par des bandes de guidage au sol. La secrétaire d’État a, en revanche, pu bénéficier avec succès de l’aide des collaborateurs de la SNCB. Elle a relevé la nécessité d’améliorer l’information apportée aux voyageurs par micro. La voix du préposé aux appels est moins audible que la voix numérisée, a-t-elle constaté à son arrivée à la gare du Midi. Selon elle, des appels supplémentaires devraient être proposés durant le voyage; il n’est pas toujours aisé, lorsque le train s’arrête, de savoir s’il s’agit d’une halte ou de la destination finale. Il n’est pas non plus évident pour les passagers malvoyants de savoir s’ils doivent quitter le train par la porte de gauche ou de droite. «Je ferai des propositions à ma collègue Galant dans les prochains mois. Il lui appartiendra de les mettre en œuvre à la SNCB», a conclu la secrétaire d’État N-VA.  L’avenir.

elke-sleursBien sûr, il reste de nombreux éléments à améliorer dans les transports en commun et notamment à la SNCB. Nous remercions la ministre Jacqueline Galant et la secrétaire d’Etat Elke Sleurs de s’être mises dans la peau de personnes déficientes visuelles le temps d’un instant. La sensibilisation peut parfois ressembler au mythe de Sisyphe mais ce travail d’information et aussi d’éducation est nécessaire pour faire prendre conscience aux décideurs politiques de la réalité du handicap visuel.

Publicités

SNCB – délai de réservation réduit pour les PMR

Ces dernières années, la SNCB a amélioré l’accès à ses gares et trains pour les personnes à mobilité réduite. Dans 131 gares, elles peuvent compter sur une assistance personnelle pour monter et descendre du train. Pour ce faire, la SNCB demande de réserver 24 heures à l’avance, mais à partir de 2016, l’opérateur ferroviaire propose de réduire à seulement 3 heures le temps de réservation pour les relations directes entre 18 gares.

Un temps de réservation nettement réduit pour deux tiers des clients concernés

La règlementation européenne a fixé le temps de réservation à 48 heures. Avec 24 heures, la SNCB fait déjà mieux et a besoin de ce temps pour offrir une assistance garantie et complète durant tout le trajet (correspondances et gare finale inclues). La SNCB essaie également de prêter assistance aux voyageurs sans réservation, mais la réservation offre une garantie de service.

La SNCB travaille depuis longtemps sur différentes possibilités pour réduire le temps de réservation sans pour autant nuire à la qualité du service offert.

L’opérateur ferroviaire a identifié 18 plus grandes gares (1) entre lesquelles une assistance endéans une période minimum de 3 heures pourrait être demandée. Il s’agit pour cela uniquement de l’assistance pour des relations directes entre les gares concernées.

Amélioration pour deux tiers de la clientèle concernée

Sur base des interventions effectives d’assistance dans les gares concernées, on peut en déduire que deux tiers de la clientèle qui demandent de l’assistance pourront de cette manière profiter du temps de réservation réduit.

La SNCB va présenter la nouvelle règlementation pour avis au Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées. La règlementation est prévue pour début 2016. Via le contact center, 40.699 demandes d’assistance ont été introduites en 2014 pour les personnes à mobilité réduite. C’est une augmentation de 11,6%. Ce nombre passe à 57.524 si on tient compte des demandes sans réservation dans les gares. Un dossier peut comprendre plusieurs interventions dans différentes gares. Ainsi, un navetteur à mobilité réduite qui voyage sans correspondance le matin vers son travail et le soir retourne à son domicile peut compter sur quatre interventions différentes.

(1) Charleroi-Sud, Liège-Guillemins, Mons, Namur, Bruxelles-Central, Bruxelles-Nord, Bruxelles-Midi, Anvers-Central, Bruges, Denderleeuw, Dendermonde, Gand-Saint-Pierre, Hasselt, Courtrai, Louvain, Malines, Ostende, Saint-Nicolas.

CP SNCB – 03/09/2015

Le tarif à bord de la SNCB n’est pas conforme avec la Convention Handicap des Nations Unies

SNCBJusqu’en janvier dernier, le voyageur qui achetait un ticket à bord du train, s’il en informait l’accompagnateur de train, devait payer un supplément de 3 euros. Celui qui n’en informait pas l’accompagnateur payait quant à lui un supplément de 12,50 euros.  Les personnes reconnues en situation de handicap, quant à elles, ne devaient payer aucun supplément. Le 1er février, la SNCB a introduit un supplément unique de 7 euros pour tous ses voyageurs. Le Centre interfédéral pour l’égalité des chances a, comme le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées, émis des réserves concernant cette nouvelle mesure. « Oui, vous pouvez demander à une personne sans handicap physique, sensoriel ou mental d’acheter un billet en ligne ou via un distributeur automatique en gare, mais pour un certain nombre de personnes en situation de handicap c’est tout simplement impossible » déclare Patrick Charlier, directeur adjoint du Centre. « Les transports publics sont par ailleurs bien souvent le seul moyen pour les personnes en situation de handicap de se rendre vers leur lieu de travail, d’étude, etc. »

Lire la suite