Quai d’Orsay – en audiodescription sur la RTBF – 17/03 – 20h50

Suffisamment rare que pour être souligné, la RTBF diffuse ce vendredi 17 mars un film en audiodescription. Au programme de la soirée : « Quai d’Orsay ». Thierry Lhermitte en ministre des affaires étrangères, Julie Gayet en conseillère Afrique ; un casting de premier choix pour cette adaptation de la bande dessinée à succès éponyme. Vendredi 17 mars à 20h50 sur la Une – en audiodescription.  Pour connaitre la procédure d’activation de l’audiodescription sur le décodeur VOO, cliquez ici, pour le décodeur Proximus, cliquez ici.  

Affiche-quai-d-orsay

A l’origine du film, une bande dessinée de Christophe Blain et Abel Lanzac. Le réalisateur Bertrand Tavernier ne connaissait pas Quai d’Orsay qu’il a découvert grâce au cadeau d’un ami. « Je l’ai lu dans la nuit, d’une traite. Dès le lendemain, j’ai demandé à mon producteur et associé, Frédéric Bourboulon, d’en acheter les droits d’adaptation. » explique Bertrand Tavernier à nos confrères d’Allô Ciné.

Résumé :

Arthur Vlaminck est un jeune énarque, nouveau venu au Quai d’Orsay. Il a été embauché pour écrire les discours d’Alexandre Taillard de Vorms, le charismatique ministre des Affaires Étrangères. Ce dernier est un tourbillon et le jeune homme peut à peine prononcer un mot face à lui. Lorsque le politicien, très occupé, daigne lui consacrer de brefs instants, il jette un coup d’œil aux textes que le jeune conseiller lui a concoctés. Puis, sans tenir compte de l’opinion du rédacteur, il les corrige comme bon lui semble. Le directeur du cabinet du ministre sert de guide au jeune homme et lui apprend notamment à composer avec le tempérament fougueux de Taillard…

Retrouvez les séances de cinéma en audiodescription organisées par Les Amis des Aveugles sur : http://amisdesaveugles.org/agenda.html

Publicités

Rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique pour les aveugles et malvoyants

Dans le cadre de la 32e édition du Festival International du Film d’Amour (FIFA), l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants a réuni le 24 février 2016 à Mons les décideurs politiques, les éditeurs, les diffuseurs, et les producteurs d’œuvres audiovisuelles pour faire le point sur l’accessibilité de l’audiovisuel pour les personnes déficientes visuelles (le lien vers le compte-rendu de la rencontre se situe dans le bas de l’article).

Accessibilité de l'audiovisuel pour les personnes aveugles et malvoyantes en Belgique

Le cinéma adapté pour les aveugles et les malvoyants

Depuis 1999, l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants, soutenue ponctuellement par les pouvoirs publics, audiodécrit 5 à 6 films par an. L’audiodescription consiste en l’insertion de commentaires descriptifs sur la bande originale d’un film. Précurseurs du développement de cinéma en audiodescription en Belgique, Les Amis des Aveugles ont mis en place une méthodologie qui préserve la spontanéité et ne dénature pas l’œuvre originale. Forte de ses partenariats, l’ASBL propose des ciné-clubs en audiodescription et participe à des festivals de renommée internationale. Ces séances permettent aux personnes aveugles et malvoyantes de partager des moments de convivialité et de rencontres.

Rendre les œuvres audiovisuelles progressivement accessibles

D’un point de vue légal, une directive européenne du 11 décembre 2007 (directive 2007/65/CE) encourage les Etats membres à rendre progressivement accessibles les œuvres audiovisuelles aux personnes déficientes visuelles. En Belgique, l’offre de films audiodécrits, à la télévision comme au cinéma, repose actuellement sur la bonne volonté d’associations et de quelques opérateurs sensibles aux déficiences sensorielles, même si celle-ci est insuffisante pour rencontrer les besoins de ces publics.

L’utilisation des nouvelles technologies pour favoriser l’accessibilité

Le débat riche et dynamique a mis en lumière une nécessaire implication du monde politique et des différentes intervenants dans la vie d’une œuvre audiovisuelle pour une plus grande accessibilité de l’audiovisuel. Le coût dérisoire de l’audiodescription et de l’utilisation des nouvelles technologies ont été pointés comme des éléments favorisant le développement de l’audiodescription. De l’avis de tous les participants – RTBF, Canal C, VRT, CSA, Zicht op cultuur, FIFA, Union des Producteurs Francophones de Films, Centre du Cinéma, AVIQ et les Cabinets de Maxime PREVOT et de Jean-Claude MARCOURT – mutualiser les expertises et les compétences de chacun est nécessaire pour créer une offre foisonnante d’œuvres audiovisuelles accessibles à tous et en toute convivialité.

Consultez le compte-rendu de la rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique : format Pdfformat Word

Vis ma vie – Fauve Hautot dans la peau d’une personne aveugle

Vie-ma-Vie-NT1-Quand-Fauve-Hautot-reapprend-a-danser-a-l-aveugle_news_fullPour « Vis ma Vie », Fauve Hautot, jurée de l’émission Danse avec les stars, a accepté de perdre la vue, aux côtés de Fabienne, une danseuse malvoyante ! Celle qui tous les jours travaille la précision de ses mouvements devant un miroir, se lance un défi de taille : passer 24 heures les yeux bandés. Pour Fauve, qui a peur du noir, perdre la vue est tout simplement inimaginable, angoissant et insurmontable. Comment Fauve vivra-t-elle cette aventure ? Acceptera-t-elle de danser les yeux bandés ? Une expérience riche en émotions !

Replay disponible pendant une semaine : https://www.rtbf.be/auvio/detail_vis-ma-vie?id=2104349

ou https://www.facebook.com/FauveHautotOfficiel/videos/902432583172405/?hc_location=ufi

 

 

Eléonor Sana – Vice championne d’Europe de handiski

Eléonor Sana, 18 ans, fréquente l’enseignement ordinaire en option sport. Sportive belge de haut niveau, elle est actuellement la vice-championne d’Europe de handiski.

Avec quel type de malvoyance vis-tu ? Que perçois-tu ?

J’ai un retinoblastome bilatéral génétique, c’est un can-cer de la rétine que j’ai depuis la naissance. Je perçois les couleurs, les formes. Par exemple à un mètre je ne distingue pas le nez d’une autre personne. J’ai l’impression qu’elle a des trous à la place des yeux car c’est très sombre. Pour mieux vous rendre compte de ce que je vois, approximativement, prenez un sachet de Kellogs vide et regardez à travers.

photo eleanor sana

Photo : à droite Eléonor, à gauche sa sœur Chloé, lors d’un entrainement en novembre 2015 à Tignes.

Comment as-tu appris à skier ?

J’ai appris à skier dès le plus jeune âge, avec mes parents. Je n’ai jamais pris de cours de ski quand j’étais plus petite. Maintenant que je fais de la compétition, c’est vrai que j’ai besoin d’un guide pour pouvoir me retrouver dans un slalom ou autres disciplines. Mon guide qui est notamment ma sœur, se trouve devant moi, elle a un gilet fluorescent et nous nous parlons avec des écouteurs pour que je puisse la suivre.

Est-ce que tu encouragerais les personnes en situation de handicap de faire du ski ? Comment et où peuvent-elles apprendre ?

Oui je les encouragerais, pour qu’elles puissent dépas-ser un sentiment de « limite » dans leur handicap et pour leur montrer que ce n’est pas parce que on a un handi-cap que l’on ne peut pas faire des choses comme le reste des gens. Si ces personnes ont envie d’apprendre je leur dirais de prendre contact avec La Ligue Franco-phone Handisport.

As-tu pris goût à la compétition ?

J’ai toujours adoré la compétition, car avant de pratiquer le ski, je faisais déjà de la gym dans un club où nous avions des compétitions. J’adore montrer ce que je peux faire et me surpasser.

Pour l’opération caritative Cap 48, tu as participé à la course de voiliers Fasnet Race, quel est ton plus beau souvenir ?

Mon plus beau souvenir est d’avoir pu voir les dauphins nager à côté de notre bateau. Tout le monde a mis tout en œuvre pour que je puisse aussi les apercevoir et je les remercie car cela était un merveilleux moments.

Quels sont tes rêves ou projets pour l’avenir ?

Comme rêve et projet en même temps, j’aimerais pou-voir aller jusqu’aux jeux paralympiques d’hiver en 2018.

Reportage de la RTBF

https://www.rtbf.be/video/detail_soc-portrait-eleonor-sana?id=2009114

La Trève en audiodescription sur la RTBF : ça continue !

12767635_10153977022938781_983985306_n

Lors de la rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique organisée par Les Amis des Aveugles le mercredi 24 février dans le cadre du Festival International du Film d’Amour de Mons (FIFA), il a été rapporté que la série « La Trève » en audiodescription pour le public déficient visuel était privée d’antenne.

Après vérification, la RTBF – présente à la rencontre-débat – nous demande de diffuser les précisions suivantes :

« La rumeur d’une suspension de la diffusion en audiodescription des 6 prochains épisodes de la série « La Trève » s’avère après information, être totalement infondée.

Certes, suite à la diffusion des deux premiers épisodes, quelques spectateurs ont exprimé leurs désarroi d’entendre l’audiodescription alors qu’ils recherchaient une version classique. Cette situation était due à un réglage inadéquat de leur propre décodeur numérique.

Dès lors et afin de prévenir ce genre d’incident, la RTBF prévoit pour les prochaines diffusions des éléments de communication précis sur les données technologiques à respecter afin d’obtenir la version sonore souhaitée. Quoiqu’il en soit, la diffusion en audiodescription n’a aucunement été remise en question. »

Prochaine diffusion (épisodes 7 et 8) – dimanche 13 mars – 20h50 sur La Une

Pour activer l’audiodescription, voici la manipulation à effectuer :

  • Proximus TV : bouton « OK » de votre télécommande, menu « langue ». Attention pour la RTBF, l’audiodescription est sur le canal « anglais », appuyez ensuite sur le bouton TV. Pour les aveugles, appuyez sur le bouton rond au centre des flèches directionnelles (bouton OK), ensuite il faut appuyer 5 fois sur la flèche descendante (bouton juste en dessous du bouton OK) et appuyer sur OK pour valider, appuyez une fois sur le bouton directement à droite du bouton OK et ensuite deux fois sur le bouton juste en dessous du bouton OK. Revenez ensuite au mode plein écran, en appuyant sur le bouton TV (il peut changer de place suivant votre télécommande), il s’agit d’un bouton rectangulaire placé en diagonale du bouton OK en haut à gauche.
  • Pour VOO : Bouton « info » de votre télécommande, puis bouton « vert » pour sélectionner la langue (choisir le canal anglais), pour les aveugles, le bouton vert se trouve sur la deuxième rangée en partant du bas de la télécommande. C’est le 2ème en partant de la gauche. Il faut appuyer deux fois sur ce bouton.

Vu la complexité des manipulations, nous vous conseillons de laisser l’audiodescription activée en permanence pour n’avoir à effectuer la procédure qu’une seule fois 🙂

 

 

L’ACCESSIBILITE DE L’AUDIOVISUEL EN BELGIQUE

PAS DE PROBLEME STRUCTUREL,

UNE VOLONTE COMMUNE D’AVANCER ENSEMBLE

Mercredi 24 février dernier, Les Amis des Aveugles et Malvoyants avaient réuni les décideurs politiques, les éditeurs, les diffuseurs, et les producteurs d’œuvres audiovisuelles pour faire le point sur l’accessibilité en Belgique.

Les intervenants de Flandre et de la Fédération Wallonie-Bruxelles avaient presque tous répondu présents.

Cette rencontre-débat précédait la désormais traditionnelle projection d’un film en version audiodécrite par Les Amis des Aveugles dans le cadre du Festival International du Film d’Amour de Mons (FIFA)

PHOTO_TABLE_RONDE

Table ronde – © World’n pix

Le Président des Amis des Aveugles et Malvoyants – Eric BALATE – a rappelé l’expertise de l’association en audiodescription débutée en 1999. Il a aussi souligné sa volonté de maintenir et multiplier les projections en salle autour desquelles le public déficient visuel peut partager des moments de convivialité et de rencontres.

Au terme de la rencontre-débat, Eric BALATE a constaté la nécessité des différents niveaux de pouvoir de se concerter sur cette problématique. Pour lui, aller à la rencontre de l’autre dans sa différence est incompatible avec la logique de marché. D’autant que le coût pour la mise en accessibilité est dérisoire. Et de conclure les débats en posant la question : « Faut-il attendre de légiférer en la matière ? ».

PHOTO_ERIC_BALATE

Eric Balate – Président des Amis des Aveugles – © Les Amis des Aveugles

En prenant l’initiative de rassembler les parties prenantes sur cette thématique, Les Amis des Aveugles et Malvoyants ont montré qu’il est possible de faire l’unanimité autour de ce débat de société et d’avancer tous ensemble.

Compte-rendu des débats disponible sur demande.