Raconter ses rêves : recherche de témoignages de personnes déficientes visuelles

Voyages et réflexions ont amené Thibaut Drouillon à se pencher sur l’art. le jeune artiste s’est toujours intéressé aux sons s’articulant dans notre quotidien, par exemple, l’ambiance et l’émotion que ces ondes peuvent procurer de façon personnel chez chacun d’entre nous. Il recherche des personnes déficientes visuelles qui accepteraient de lui raconter leurs rêves dans le but d’enrichir son dernier projet : percécité. Il s’agit d’une transposition du code braille sur une portée musicale délivrant un message particulier. Percécité – Thibaut Drouillon

Les rêves… fruits de notre inconscient auxquels on s’efforce de donner un sens. Derrière ce travail, se cache un rêve : un aveugle lisant en braille la phrase suivante : « Et à ce moment-là, je compris que j’étais le seul à le voir. ».

On y trouve une inversion des rôles presque ironique : face au braille une personne atteinte par la cécité est plus apte à déchiffrer ce code d’écriture que bon nombre d’individu possédant la vue.

Par cette pièce, cette réinterprétation, l’artiste aspire à faire vivre ce rêve et ces questions aux visiteurs.

Coordonnées : Thibaut Drouillon – drouillonthibaut@gmail.com – 0474 / 104 496

.

Publicités

Recherche – l’impact du braille sur le cerveau

Image1En décembre dernier, nous avons publié une demande de participation à une recherche concernant l’impact du braille sur le cerveau. Vous avez été nombreux à y répondre et nous vous en remercions.

Arrivée dans une 2ème phase de l’étude, la chercheuse Adélaïde de Heering (ULB) souhaite rencontrer des personnes voyantes qui connaissent le braille pour établir une comparaison avec des personnes déficientes visuelles (le niveau d’expertise du braille peut être très variable, cela n’a pas d’importance). La connaissance du braille peut être soit tactile, soit visuelle.

L’idée est de leur faire passer un petit test sur un ordinateur portable où des lettres, des combinaisons braille et des figures géométriques simples sont présentées deux par deux. La tâche du participant(e) est de déterminer si elles sont identiques ou différentes. Le test dure 1 heure (lieu de rencontrer à convenir).

Contact : Adélaïde de Heering  – addeheer@ulb.ac.be

Participation à un mémoire sur la perception des expressions émotionnelles vocales chez les pré-adolescents aveugles.

Ci dessous la demande de Laura BACCARO étudiante en 2ème Master Sciences de l’éducation à l’Université de Mons.

« je travaille, dans le cadre de mon mémoire, sur la perception des expressions émotionnelles vocales chez les pré-adolescents aveugles.

Si vous êtes parents d’un enfant ayant une cécité, directeur/directrice d’un établissement scolaire spécialisé (type 6) ou responsable d’une institution pour personnes mal voyantes et aveugles, rencontrons-nous afin de permettre au(x) jeune(s) dont vous vous occupez de contribuer à la réalisation d’un mémoire. »

Votre participation est essentielleemotions

Informations pratiques :

  • Qui ? Les enfants âgés entre 6 et 12 ans, aveugles de naissance et parlant le français comme langue maternelle.
  • Tâche ? De façon individuelle, il sera demandé à l’enfant :
    • Identifier et de discriminer, à partir d’un enregistrement, les émotions jouées par un acteur.
    • Choisir, parmi une liste de catégories émotionnelles données, celle qui correspond à l’expression vocale présentée.
    • Déterminer, d’après une paire d’expressions émotionnelles, si les deux expressions font partie ou non de la même catégorie émotionnelle.
  • Durée ? Une rencontre d’environ 40 minutes.
  • Où ? Chez vous, dans votre établissement ou institution.
  • Quand ? A votre convenance durant la semaine.
  • But ? La réalisation d’un mémoire sur les éventuelles différences pouvant exister au niveau de la perception des expressions émotionnelles vocales en langue française entre des enfants bien voyants et des enfants aveugles.

Contactez-moi par téléphone au 0487/59 81 58 ou par mail à l’adresse suivante : Laura.BACCARO@student.umons.ac.be