Le ministre Maxime Prévot dans la peau d’un aveugle au FIFF de Namur

Les audiodescriptions réalisées par Les Amis des Aveugles permettent aux aveugles et malvoyants d’aller au cinéma comme tout le monde (agenda des séances en audiodescription sur : amisdesaveugles.org). Lors du dernier Festival International du Film Francophone à Namur (FIFF), le Ministre Maxime Prévot s’est mis en situation de malvoyance et nous a assuré de son soutien dans le développement de l’audiodescription.

En collaboration avec le Festival International du Film Francophone, nous avons organisé, le 3 octobre au cinéma Caméo en soirée, la projection du film « Un homme à la mer » en audiodescription en présence de sa réalisatrice Géraldine Doignon. En après-midi, plusieurs centaines d’enfants ont assisté à la projection du film « Le nouveau » en audiodescription au FIFF Campus.

Maxime Prévot dans la peau d’un aveugle

Maxime Prévot, les yeux bandés, guidé par une chien guide d'aveugle
Maxime Prévot, sous bandeau, guidé par Mashli, chien guide en formation.

Partageant ce moment avec nous, Maxime Prévot, ministre de l’action sociale et de la santé en Région wallonne, les yeux bandés, a rejoint la scène, guidé par Mashli, golden retriever en formation aux Amis des Aveugles. Ainsi mis en situation, il a éprouvé les difficultés d’une personne déficiente visuelle lors de ses déplacements.

Il a été frappé par la confiance que le maître doit placer dans son chien guide d’aveugle. Il a aussi relevé l’impact de l’aménagement urbain sur la mobilité.

Ainsi, près de 200 personnes ont assisté à la projection du film « Un homme à la mer » avec Yoann Blanc et ont découvert ou redécouvert le cinéma en audiodescription.

Publicités

L’ACCESSIBILITE DE L’AUDIOVISUEL EN BELGIQUE

PAS DE PROBLEME STRUCTUREL,

UNE VOLONTE COMMUNE D’AVANCER ENSEMBLE

Mercredi 24 février dernier, Les Amis des Aveugles et Malvoyants avaient réuni les décideurs politiques, les éditeurs, les diffuseurs, et les producteurs d’œuvres audiovisuelles pour faire le point sur l’accessibilité en Belgique.

Les intervenants de Flandre et de la Fédération Wallonie-Bruxelles avaient presque tous répondu présents.

Cette rencontre-débat précédait la désormais traditionnelle projection d’un film en version audiodécrite par Les Amis des Aveugles dans le cadre du Festival International du Film d’Amour de Mons (FIFA)

PHOTO_TABLE_RONDE

Table ronde – © World’n pix

Le Président des Amis des Aveugles et Malvoyants – Eric BALATE – a rappelé l’expertise de l’association en audiodescription débutée en 1999. Il a aussi souligné sa volonté de maintenir et multiplier les projections en salle autour desquelles le public déficient visuel peut partager des moments de convivialité et de rencontres.

Au terme de la rencontre-débat, Eric BALATE a constaté la nécessité des différents niveaux de pouvoir de se concerter sur cette problématique. Pour lui, aller à la rencontre de l’autre dans sa différence est incompatible avec la logique de marché. D’autant que le coût pour la mise en accessibilité est dérisoire. Et de conclure les débats en posant la question : « Faut-il attendre de légiférer en la matière ? ».

PHOTO_ERIC_BALATE

Eric Balate – Président des Amis des Aveugles – © Les Amis des Aveugles

En prenant l’initiative de rassembler les parties prenantes sur cette thématique, Les Amis des Aveugles et Malvoyants ont montré qu’il est possible de faire l’unanimité autour de ce débat de société et d’avancer tous ensemble.

Compte-rendu des débats disponible sur demande.

AWIPH – Modification du remboursement des aides individuelles

Un arrêté du Gouvernement wallon datant du 11 juin 2015 et entré en vigueur le 23 juillet 2015 modifie le remboursement par l’AWIPH des aides individuelles à l’intégration. Que prévoit la nouvelle réglementation ?

Le changement le plus important réside dans le remboursement des aides matérielles limité à 90 %. Ce qui induit une participation financière de 10 % pour la personne handicapée.

Pour les personnes qui bénéficient de l’intervention majorée (BIM) le remboursement s’effectuera à hauteur de 98 % du montant de la demande d’aide matérielle (soit une contribution de 2 % à charge de la personne handicapée). Une exception est prévue dans le cas d’une demande de chien guide : le remboursement reste de 100 % pour un montant forfaitaire de 5.000 €. L’AWIPH n’interviendra plus pour les demandes suivantes : les interphones, parlophones, vidéo-phones et accessoires, les téléphones filaires, téléphones sans fils, GSM et accessoires ou logiciels. Le montant du remboursement de certaines aides individuelles à l’intégration a été revu. Par exemple pour les smartphones, le remboursement est limité à 140 € HTVA.

matériel-adaptéPour consulter l’arrêté : https://www.awiph.be/pdf/integration/etre_autonome/aide_materielle/arrete_aide_materielle_11062015.pdf

L’Association Belge contre les Maladies Neuromusculaires (ABMM), l’Association Belge des Paralysés (ABP), la Ligue de la Sclérose en Plaques et l’Association Parkinson ont introduit au Conseil d’Etat un recours en annulation de l’arrêté du Gouvernement wallon du 11 juin 2015. Ces associations estiment que le Gouvernement wallon va à l’encontre de son objectif d’intégration et caractérise sa politique par un recul social important.

Intervention du Ministre Maxime Prévot au Palement de Wallonie le 28 octobre

Je tiens d’ailleurs à rappeler que ce Gouvernement, confronté – comme toutes les autorités publiques – à des efforts importants en termes d’économie, a souhaité exonérer le secteur du handicap de tout effort : 3 % de réduction sur les autres OIP sauf pour l’AWIPH. Plus que cela, nous avons même refinancé l’AWIPH avec près de 12 millions d’euros additionnels portant le budget total de l’aide des Wallons et des Wallonnes qui sont porteurs d’un handicap aujourd’hui à près de 680 millions d’euros par an. Donc, oui, la Wallonie continuera d’être attentive au sort de celles et ceux qui sont confrontés au handicap.

Par contre, il est vrai, conformément, d’ailleurs à ce qui figure dans la déclaration de politique régionale, que nous avons procédé à une évaluation à la suggestion de l’AWIPH et apporté quelques correctifs à une série de situations.

Pourquoi ? Parce que, d’une part, on doit constater qu’il y avait de plus en plus de demandes et une difficulté de maintenir une aide qui soit solidaire, sans dérapage budgétaire, et d’autre part, parce qu’il y a eu aussi des situations d’abus. C’est singulièrement le cas dans les aides destinées à adapter les logements où une enveloppe est disponible pour la personne handicapée et il est arrivé, dans des cas de plus en plus fréquents, que le comité de gestion de l’AWIPH doive déplorer soit une instrumentalisation de certaines entreprises qui profitent alors de la situation délicate des personnes handicapées en leur faisant réaliser des travaux au-delà de ce qui est nécessaire juste en leur disant : « Vous y avez droit ; l’enveloppe est là » ; et donc, l’argent qui est inopportunément injecté est celui que l’on ne sait pas adéquatement conserver pour aider ceux qui en ont le plus besoin.

Oui, il y aune par contributive de 2 % pour tous ceux qui sont BIM, OMNIO, c’est-à-dire la grande majorité des personnes qui émargent à l’AWIPH pour aussi responsabiliser et éviter de faire des travaux qui sont inutiles, dès lors qu’il y a une part contributive, aussi modeste soit elle, qui est demandée.

Deuxième illustration, il y a des aides qui n’étaient plus du tout opportunes. Antérieurement, par exemple, pour compenser le handicap de certaines personnes, on intervenait pour le financement de taques de cuisson à induction, parce qu’à l’époque, c’était plus cher que d’autres. Mais, aujourd’hui, c’est le type de plaques qui sont devenues un bien de consommation quasi courante et, donc, il n’y pas un surcoût majeur à assumer pour la personne handicapée.

Troisième élément, n’oublions pas que l’AWIPH a pour vocation à intervenir de manière subsidiaire. S’il y a déjà certaines aides qui existent ailleurs, il n’y a pas de raison de faire des doublons. C’est la raison pour laquelle, par exemple, nous avons supprimé les interventions pour les langes, dès lors que l’INAMI intervient et finance les langes. Mais, trop peu le savait et donc s’orientait systématiquement vers l’AWIPH alors qu’il y avait la possibilité de se tourner vers le pouvoir fédéral.

Monsieur le Président, mon temps étant écoulé, je vais conclure. Il y a eu de la concertation, puisque je rappelle que cela a été soumis à l’avis préalable du Conseil wallon de la personne handicapée, du comité de gestion de l’AWIPH, ainsi que du conseil d’avis sur les aides matérielles et individuelles. Bref, cela a été concerté et c’est parce que tous ces organes ont validé la proposition que j’ai signé l’arrêté, mais, plus que jamais, la Wallonie sera au rendez-vous des personnes porteuses d’un handicap.

Séance en audiodescription – Tous les chats sont gris (FIFF Namur)

Invitation au FIFF de Namur : séance en audiodecription – 5 octobre 2015 à 18h15

Dans le cadre du Festival International du Film Francophone de Namur, Monsieur Maxime Prévot, Ministre wallon de la Santé et de l’Action sociale et Monsieur Joseph Gillain, Président de l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants ont le plaisir de vous inviter à la projection du film « Tous les chats sont gris », de Savina Dellicour, avec Bouli Lanners et Anne Coesens.

Synopsis

Paul a 46 ans. Il est détective privTous-les-Chats-sont-Gris-2014-Savina-Dellicour-posteré. Dorothy a presque 16 ans. Elle est en pleine crise identitaire. Il vit en marge de la société bien-pensante bruxelloise, elle a grandi en plein dedans. La seule chose qui les lie est le fait que Paul sait qu’il est le père biologique de Dorothy. Récemment de retour au pays, Paul revoit Dorothy. Troublé, il l’observe, sans oser s’approcher. Mais tout bascule le jour où Dorothy vient lui demander de chercher son père biologique…

Film adapté en audiodescription par l’asbl « Les Amis des Aveugles ».

Après une brève introduction, cette projection sera l’occasion pour certains de découvrir ce qu’est le cinéma audiodécrit tandis que d’autres profiteront de ces séances trop rares pour pouvoir apprécier un film.

La projection du film aura lieu le lundi 5 octobre 2015 à 18h15 au cinéma Eldorado, rue de Fer 40 à 5000 Namur (salle 1).

Afin de garantir la meilleure organisation, pourriez-vous confirmer votre présence à cette soirée avant le 30 septembre en contactant Nathalie Philippart, collaboratrice communication au sein de l’asbl « Les Amis des Aveugles et Malvoyants », par mail via n.philippart@amisdesaveugles.org ou par téléphone au 065/40.31.00.

Merci de vous présenter à l’accueil du cinéma avec le carton d’invitation disponible en suivant ce lien : Carton d’invitation

Entrée gratuite.

Au plaisir de vous y rencontrer nombreux !