Quand l’amour de la lecture est plus fort que le handicap …

Sabine est malvoyante depuis très longtemps. Elle a toujours aimé lire malgré la perte progressive de vision et a du s’adapter pour pouvoir continuer à dévorer des histoires. Elle nous propose de partager ses dernières découvertes littéraires.

« Le fait d’être malvoyante, depuis que je suis bébé, ne m’a jamais empêché de lire. Je peux même dire que je suis une lectrice boulimique. Je devrais plutôt dire « étais » car à partir de 2012, il m’est devenu de plus en plus pénible de lire.

En 2013, j’ai été prise en charge par le centre de réadaptation des « Amis des Aveugles et Malvoyants » et les thérapeutes m’ont parlé des alternatives possibles : livres à grands caractères, liseuses, livres audio…

Dans un premier temps, j’ai opté pour les livres à grands caractères et j’ai testé la liseuse. J’ai vite renoncé à cette dernière car la taille des caractères limitait le nombre de mots par page et j’en ai eu vite marre de devoir sans arrêt « tourner les pages » ! Quant aux livres à grands caractères, c’était bien mais j’étais vite fatiguée et, de plus, je ne trouvais pas toujours ce dont j’avais envie, d’où un sentiment de frustration…

Et puis, au début de cette année, un déclic s’est produit, après une séance aux Amis des Aveugles : je « devais » passer aux livres audios. J’ai donc commencé à tester des supports, puis à chercher des endroits où je pourrais acheter mes livres.

J’ai alors dépensé une fortune en livres sur CD ! Waouw ! Quel bonheur de m’adonner à nouveau à ce plaisir. Je me suis vite rendue compte que mon budget allait drôlement souffrir de cette passion ressuscitée. J’ai donc cherché du côté des plateformes de téléchargement.

Et bien voilà… J’ai aujourd’hui retrouvé le plaisir de lire. J’ai même écouté des livres que j’avais lus. Vous ne me croirez peut-être pas mais je les ai découverts autrement, j’y ai même perçu des détails qui m’avaient échappé lors de ma lecture classique.

Petit Pays – Gaël Faye

En quelques mots : après La nuit de feu, Eric-Emmanuel Schmitt poursuit son exploration des mystères spirituels dans un roman troublant, entre suspense et philosophie.Tout commence par une explosion à la sortie d’une messe. Le narrateur était là. Il a tout vu. Et davantage encore, il possède un don unique : voir à travers les visages et percevoir autour de chacun les êtres minuscules –souvenirs, anges ou démons- qui le motivent ou le hantent.Est-ce un fou ? Ou un sage qui déchiffre la folie des autres ? Son investigation sur la violence et le sacré va l’amener à la rencontre dont nous rêvons tous…

Ce qui m’a plu : j’aimerais vous recommander l’un des derniers livres que j’ai écoutés : « Petit pays » de Gaël Faye. L’auteur lit lui-même le livre ce qui est un « plus » appréciable ! Il raconte l’émergence du génocide au Rwanda. Il narre le quotidien de Gabriel, jeune Franco-Rwandais avant le génocide mais aussi pendant, jusqu’à sa fuite vers la France. Le livre cumule humour, légèreté, poésie avec drame, horreur, réflexion. Un beau récit à s’offrir !

Eric-Emmanuel Schmitt, « L’homme qui voyait à travers les visages »

En quelques mots : Augustin, jeune journaliste stagiaire est le témoin du premier d’une série d’attentats qui secouent Charleroi. Il est alors embarqué, malgré lui, dans l’enquête. Entraîné par les différents acteurs des événements, dont il espère être si pas apprécié, remarqué, Augustin est écartelé entre les facettes de cette enquête à géométrie variable et englué dans une réflexion philosophique et religieuse…

Ce qui m’a plu : le suspense ! Et les dénouements en cascades ! Mais également le fait que l’auteur se mette en scène dans l’intrigue…

 

Voilà donc l’étape franchie : ma vue peut encore décliner, j’ai maintenant les clés d’une lecture toujours possible et c’est un pur bonheur !

Bonnes lectures !

Sabine

Publicités

Le livre Binettes Bizarres pour les enfants aveugles et malvoyants

L’ASBL Les Amis des Aveugles et Malvoyants est partenaire officiel du projet « Binettes Bizarres », un livre qui s’adresse aux enfants aveugles ou malvoyants. Cet ouvrage est dit « inclusif » car il est accessible à toute personne en ce y compris les enfants non et malvoyants ou encore dyslexiques. Ce livre de poèmes en images met en scène des animaux originaux.

 

Un livre accessible aux enfants déficients visuels

Publié par l’ASBL Bindenzorg Licht en Liefde, ce livre résulte de la collaboration entre l’auteur Jan DEWITTE et l’illustratrice Freya VLERICK. Grâce aux grandes images, aux couleurs contrastées, aux caractères nets et son contenu entièrement gaufré, l’ouvrage est accessible aux enfants atteints d’une déficience visuelle. « Binettes Bizarres » est à lire en tendant l’oreille, à toucher des yeux et à regarder du doigt.

Expérience multi-sensorielle

« Binettes Bizarres » est une véritable expérience multi-sensorielle pour les enfants atteints de cécité, de malvoyance ou encore de dyslexie: il fait appel aussi bien aux sens de l’ouïe, du toucher ou de la vue. Cet ouvrage contribue à l’accroissement des compétences cognitives, linguistiques et sociales de l’enfant.

Audiodescription

Au travers d’un CD-Rom qui accompagne le livre, le lecteur peut avoir accès à l’audiodescription des illustrations et des informations concernant les personnages. Le cri des animaux représentés dans le livre est également audible sur le CD-Rom.

Informations complémentaires

Pour le commander ou en savoir plus, contactez docu@lichtenliefde.be ; dewitte.jan@lichtenliefde.be ou rendez-vous sur le site internet de Blindenzorg Licht en Liefde.

Journée internationale des Droits de l’Homme : 5 % des livres publiés sont accessibles

La Journée internationale des droits de l’homme n’est pas une célébration consensuelle : ce 10 décembre est aussi l’occasion de rappeler certaines vérités qui dérangent. L’Union européenne des Aveugles rappelle ainsi que seuls 5 % des livres publiés sont accessibles à tous, un taux qui descend à moins de 1 % lorsque l’on se tourne vers les pays en développement. Et cette réalité ne concerne pas que les personnes atteintes de cécité : en raison de l’allongement de la durée de vie, nous sommes tous concernés par la menace de n’avoir plus rien à lire.

Shadow over braille

(Jason Pearce, CC BY-NC-SA 2.0)

« Actuellement, seuls 5 % des livres produits dans les pays développés et 1 % dans les pays en voie de développement sont adaptés dans des formats accessibles, comme le braille, les grands caractères et l’audio, dont les personnes atteintes de problèmes de vue ont besoin pour apprécier le plaisir de la lecture », rappelle l’Union européenne des Aveugles (European Blind Union, EBU). Pour la France, cela représente environ 5.000 livres accessibles, sur 100.000 publications, environ, en 2014.

Plus encore, les carences en livres accessibles portent atteinte au droit de lire de millions de personnes empêchées, dyslexiques, dyspraxiques, ou victimes de handicap moteur. Un accident, ou plus simplement l’âge avancé peuvent avoir une incidence sur confort de lecture total.

La réalité de la pénurie de l’offre livresque accessible est connue : en septembre 2012, le ministère de la Culture et de la Communication français chargeait l’Inspection générale des affaires culturelles d’une enquête sur l’exception handicap. Un an plus tard, le verdict était formel : « La production annuelle de publications adaptées ne représente que 3,5 % de l’offre “grand public”, et l’offre globale, moins d’un cinquième des références disponibles en France », signalait le rapport. Même constat du côté des manuels scolaires : « La production annuelle de manuels scolaires adaptés à partir des fichiers numériques représente 10 % du volume de nouveautés. »

Des raisons de se réjouir?

Au fil des années, les progrès sont minces, et pour cause : les livres accessibles sont très coûteux à produire, et reposent sur la bonne volonté d’associations privées aux moyens souvent limités. L’édition grand public annonce régulièrement que le format numérique, et notamment l’EPUB3, permettra bientôt de produire des documents commerciaux totalement accessibles, mais c’est oublier que toutes les personnes empêchées de lire ne souhaitent pas, ou ne peuvent pas, déchiffrer un texte sur un lecteur ebook. Certaines préféreront le braille, d’autres la lecture audio ou les grands caractères…

À la mi-2013, un large traité international apparaissait pour accélérer l’accès à tous les documents, pour tous les individus : le Traité de Marrakech. Ce document à portée mondiale cherche à faciliter les échanges transfrontaliers de documents adaptés, afin de faire progresser le catalogue général des livres accessibles. Néanmoins, pour entrer en vigueur, ce traité doit être ratifié par un certain nombre de pays, et l’ajout des membres de la Commission européenne apporterait un certain poids à l’ensemble.

Mais les négociations sont longues, et certains États ne sont pas vraiment disposés à introduire des dispositions législatives pour faciliter les échanges transfrontaliers, sans qu’une autorisation des ayants droit soit nécessaire. En mai dernier, l’EBU dénonçait ainsi les « blocages » de l’Allemagne, de l’Italie, de la Hongrie, de la Grande-Bretagne et de Chypre au sein du Conseil de l’Europe.

La Commission européenne, elle, serait toute disposée à proposer des mesures législatives correspondant au Traité de Marrakech : d’après sa communication publiée hier, elle présentera les premières au printemps 2016. Toutefois, les organismes spécialisés sont encore méfiants : le processus qui entoure la réforme européenne du droit d’auteur et le marché unique du numérique pourrait ajouter des années à une entrée en vigueur attendue de longue date.

Malgré tout, la Commission envoie des signaux positifs : le « EU Disable Act », projet de directive présenté par Marianne Thyssen, Commissaire européenne à l’emploi, aux affaires sociales aux compétences et à la mobilité, introduira ainsi certains standards en matière d’accessibilité des livres numériques. Même si cette directive ne porte que sur les formats accessibles numériques, elle a le mérite de témoigner du souci récent de la Commission pour la question de l’accessibilité.

Antoine Oury – 10.12.2015

https://www.actualitte.com/article/monde-edition/journee-internationale-des-droits-de-l-homme-5-des-livres-publies-sont-accessibles/62494

Un livre … un coup de cœur : Harlan Coben – Sans un mot

La lecture est accessible pour les non ou malvoyants à travers le braille, les caractères agrandis ou encore les livres audios. Dévorer des livres comme tout le monde est donc possible. Cette nouvelle rubrique vous propose un coup de cœur littéraire pour vous donner de nouvelles idées de lecture.

Lire la suite