Courir les 20 km de Bruxelles avec l’équipe des Amis des Aveugles

Le 27 mai prochain se déroulera la 39e édition des 20 km de Bruxelles. Pour la 6e année consécutive, une équipe de joggeurs motivés portera fièrement les couleurs des Amis des Aveugles et Malvoyants à travers les rues de la Capitale.  Malvoyant de naissance, l’année passée, j’y étais. Et vous ? Rejoignez-nous pour vivre une expérience exceptionnelle et offrir un stage aux enfants déficients visuels !

Courir les 20 km en tant que déficient visuel ? Oui, c’est possible !

Il y a deux ans, j’ai décidé de me lancer un défi, apprendre à courir. Etant déficient visuel, je ne vois pas toujours les dénivelés ou les irrégularités du sol. Aidé par le coaching de mon cousin, j’ai repéré des parcours sans trop d’obstacle.  A force de les arpenter, j’ai d’ailleurs fini par les mémoriser. Ce qui me permet de mieux me concentrer sur ma course. De semaine en semaine, j’alternais course et marche pour courir de plus en plus longtemps et de plus en plus loin. Je ne vais peut-être pas vite mais la satisfaction d’y arriver est là. Aujourd’hui, je cours régulièrement seul ou avec des amis.

Encouragé par mes collègues, j’ai fini par m’inscrire l’année dernière pour tenter de boucler les 20 km de Bruxelles. C’était une expérience extraordinaire, un réel défi pour moi qui n’avais jamais couru de ma vie. Avec un bon entrainement, il est tout à fait possible de se surpasser pour réussir ce challenge. Je conseillerais aux personnes déficientes visuelles de courir accompagnées d’un guide vu le grand nombre de participants. Toutefois, c’est cette foule impressionnante qui donne les sensations les plus fortes : bruits dans les tunnels, animations sur le parcours, encouragements le long du parcours etc. J’ai particulièrement apprécié l’organisation et le soutien de l’équipe qui m’a aidé à dépasser mes limites. Une expérience que je retenterai cette année en espérant améliorer mon chrono.

Et vous ? Tenté par l’expérience ? Envie de dépasser vos limites ? Rejoignez- nous ! Il est aussi tout à fait possible de boucler les 20 km en marchant afin de découvrir ou redécouvrir Bruxelles autrement. Si vous en ressentez le besoin, nous mettrons tout en œuvre pour vous procurer un guide.

Courez solidaires et soutenez les enfants aveugles et malvoyants

Vous souhaitez vivre cette expérience sportive et soutenir les enfants aveugles et malvoyants ? Rejoignez notre équipe ! Lorsque votre inscription sera validée (après paiement), vous aurez la possibilité de créer votre propre campagne de parrainage et d’ainsi soutenir notre action visant à offrir un stage aux enfants aveugles et malvoyants. Ce parrainage s’effectuera via la plateforme de dons en ligne DONO.BE.

Notez que les trois coureurs qui auront récolté le plus grand montant recevront une paire de chaussures de running.

Prise en charge les formalités administratives

Rejoignez-nous et invitez votre famille, vos collègues et vos amis à parrainer votre effort ! Nous nous chargeons de toutes les formalités administratives !

  • Votre inscription aux 20 km de Bruxelles (gratuit pour les personnes aveugles ou malvoyantes)
  • Votre dossard
  • Un T-shirt de course
  • Possibilité de transport collectif
  • Jour J : rafraîchissement et collation saine
  • Et un point de rassemblement proche du départ !

Inscriptions : http://amisdesaveugles.org/rejoignez-notre-equipe.html 

Une question  ? s.sports-loisirs@amisdesaveugles.org

Publicités

Courir pour la vie

Venez nous rejoindre les samedi 7 et dimanche 8 mai à la Sapinette (Mons) pour célébrer la vie, lutter contre le cancer, mettre à l’honneur ceux qui ont vaincu ou se battent encore contre cette maladie.

Les Amis des Aveugles et Malvoyants constituent leur propre équipe de marcheurs et joggeurs, déficients visuels et voyants, pour le Relais pour la vie 2016 ! L’occasion de se rassembler pour une bonne cause !

https://i2.wp.com/www.chc.be/SiteWebCHC/media/Contenus/A%20propos%20du%20CHC/dons%20et%20soutiens/202Pt.jpg

Le principe est simple : l’équipe de marcheurs et joggeurs se relaiera durant 24 heures. Au moins une personne de l’équipe devra être présente sur la piste, suivant son rythme, son endurance et la tranche horaire préalablement choisie.  Le reste du temps, les participants sont libres de rester ou pas sur place ; et profiter des diverses installations et stands.

Ces 24 heures de mobilisation symbolisent en effet le combat de chaque instant mené par les patients et leurs proches contre la maladie.

Un Relais pour la Vie n’est donc pas une compétition sportive ! C’est un moment à vivre ensemble, une belle ambiance à partager et surtout une fine équipe motivée !

Modalités d’inscription : nous renvoyer le formulaire d’inscription cliquez ici dûment rempli et faire votre versement sur le compte BE39 0015 3194 2319 avec la communication suivante: Nom, Prénom, Relais pour la vie impérativement avant le vendredi 22 avril. Dès réception du paiement, nous vous confirmons votre inscription.

Objectifs : 100 marcheurs et joggeurs ? Récolter 1000 euros !

Quand ? Du samedi 07/05/2016, 15h au dimanche 08/05/2016, 15h

Où ? Centre ADEPS de la Sapinette – avenue de la Sapinette, 3 – 7000 Mons (Prises en charge de la gare de Mons à la Sapinette possibles).

Prix : 10€

Intéressés ? Tentés par l’expérience ?

Prenez-vite contact avec le service Sports et Loisirs pour plus d’informations au numéro d’appel général 065/40 31 00. Vos proches, amis et collègues sont également les bienvenus ! Un courrier comprenant un planning sur base de la tranche horaire choisie vous sera communiqué une semaine avant l’évènement. Nous restons d’ici là à votre disposition pour toute autre question.

 

Un drone pour guider un joggeur aveugle

Un professeur de l’université du Nevada aux Etats-Unis a mis au point un prototype avec drone et caméras pour aider les non-voyants à courir sur piste.

Course des 100 mètres pour des sprinteurs non-voyants avec leurs guides à New Delhi en décembre 2014. Chandan Khanna/AFP

Course des 100 mètres pour des sprinteurs non-voyants avec leurs guides à New Delhi en décembre 2014. Chandan Khanna/AFP

Il existe plusieurs solutions pour courir quand on est non-voyant. S’accompagner d’un partenaire-guide, courir avec une canne et un GPS dédié aux mal-voyants. Ou se fier à un drone. C’est le système qu’a développé Eelke Folmer, professeur associé au département d’informatique de l’université du Nevada, à Reno (Etats-Unis), habitué aux projets concernant les mal-voyants.

Il a utilisé un quadroptère  comme partenaire de course. Equipé de deux caméras, l’engin vole devant la personne. L’une est braquée sur la piste. L’autre cadre un repère placé sur le coureur lui-même. Et le drone émet un son lui permettant d’être toujours repérable à l’oreille par le mal-voyant. Ainsi, d’un côté, le drone respecte l’itinéraire et entraîne le coureur à sa suite, de l’autre, il reste « attaché » à ce même coureur, s’adaptant même aux variations de vitesse. Le quadroptère est en effet programmé pour voler en permanence à trois mètres devant la personne, toujours audible. Ce dernier point découle d’une première expérience menée l’an dernier avec un adolescent aveugle et un drone contrôlé manuellement (voir cette vidéo, le non-voyant étant la personne en T-shirt rouge).

Le dispositif n’a cependant pu être testé qu’en intérieur, avec la caméra fixant une ligne droite au sol au lieu d’une vraie piste de course. Les réglementations de la Federal Aviation Administration interdisent pour l’heure au professeur d’expérimenter son drone en extérieur, l’université étant située trop près de l’aéroport de Reno.

Du coup, l’expérience réalisée n’est pas totalement satisfaisante de l’aveu de Eelke Folmer, contacté par Sciences et Avenir :

Le drone est capable de suivre le coureur mais nous avons rencontré quelques difficultés concernant le suivi de la piste à cause du manque de luminosité de l’espace de test. Et nous n’avons pu travailler que sur des lignes droites, pas sur des virages. »

Le chercheur a quand même réussi à vérifier si le suivi de la piste par la caméra du drone fonctionnait dehors, en tenant le drone à bout de bras au lieu de le faire voler ! Bilan ? « Le tracking était bien meilleur qu’en intérieur, notamment parce que nous avons du soleil à revendre ici, dans le Nevada. » L’université est en pourparlers avec la FAA pour faire voler ses drones sur le campus, notamment au-dessus du stade de football cerné par une piste d’athlétisme.

http://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/20151019.OBS7879/un-drone-pour-guider-un-joggeur-aveugle.html?xtor=RSS-12