Handycathon : créer ensemble en s’appuyant sur les différences

Les Amis des Aveugles participent au premier Handycathon qui aura lieu en 2018 à Mons. Plus qu’un événement de co-création participatif, Handycathon permet aux participants d’imaginer avec les personnes en situation de handicap les solutions qui faciliteront leur vie.

Qu’est ce qu’un Handycathon ?

Le terme « handycathon » est une adaptation d’un « hackathon » sur la thématique du handicap. Un hackathon est un événement au cours duquel des développeurs volontaires se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative sur plusieurs jours. C’est un processus créatif fréquemment utilisé dans le domaine de l’innovation numérique. L’objectif est de tester une idée et de produire un prototype d’application en quelques heures.

Porté par un panel très diversifié de partenaires, Handycathon a comme point d’orgue un challenge qui rassemble le temps d’un weekend des entrepreneurs, des créatifs et des usagers, pour créer avec les personnes en situation de handicap des solutions visant à leur faciliter la vie. Cet événement est ouvert à tous, et met au centre les personnes en situation de handicap.

Comment se déroule un Handycathon ?

Il s’agit tout d’abord de sensibiliser les participants potentiels, recruter et former suffisamment de personnes, intéresser des entreprises et autres organisations aux résultats de l’action. L’événement aura lieu, aux alentours du mois de février 2018, dans un lieu accessible à tous à Mons (plus d’infos pratiques dans les prochains mois).

Vous êtes intéressés à y participer ?

Vous souhaitez participer à cet évènement en apportant votre expérience des nouvelles technologies en tant que déficient visuel ? Envoyez un mail à g-o.tabart@amisdesaveugles.org ou téléphonez au 065 40 31 21.

Site internet de l’évènement : www.handycathon.org

Publicités

Andy, jeune déficient visuel, un bel exemple d’intégration !

Dans le cadre de son émission InfoMag, la télévision locale Antenne Centre est partie à la rencontre d’Andy, jeune déficient visuel suivi par Les Amis des Aveugles et Malvoyants, un bel exemple d’intégration et de joie de vivre !

Voir le reportage : http://www.antennecentre.tv/www/fayt_lez_manage_un_bel_exemple_d_int_gration_d_un_enfant_mal_voyant_infomag_du_1er_f_vrier_-87374-999-263.html

L’accompagnement précoce des enfants déficients visuels est essentiel pour développer leur autonomie et les sens compensatoires. Depuis 2013, Andy, 6 ans, est suivi par les thérapeutes du centre de réadaptation des Amis des Aveugles. Pendant près des 200 heures, il a participé à des séances de psychomotricité, appris de manière adaptée des activités de la vie quotidienne comme par exemple comment se brosser les dents, expérimenté la mobilité avec une précanne développée au sein du centre, et bien d’autres éléments favorisant son autonomie.  Au fil des mois et des années, les séances thérapeutiques se sont étoffées en fonction des besoins d’Andy.

Le jeune garçon est scolarisé dans l’enseignement primaire ordinaire à Fayt-lez-Manage. Très motivée, l’équipe éducative s’investit beaucoup dans l’inclusion d’Andy en première année primaire. Son institutrice s’est même mise à apprendre le braille. L’arrivée en septembre dernier dans une nouvelle école a nécessité plusieurs séances avec une ergothérapeute spécialisée en orientation et mobilité pour qu’il puisse y prendre des repères et se déplacer. Il a également appris à bien organiser son cartable pour retrouver aisément ses affaires.

En dehors de l’école, il aime beaucoup rejoindre ses copains des baladins, de l’unité scoute de Jolimont. Les animateurs prennent en compte la déficience visuelle d’Andy pour adapter aux mieux les activités et les jeux.

Exploration tactile d'une reproduction de statue

Exploration tactile d’une reproduction de statue

Amateur de découvertes et d’aventures, il participe volontiers aux stages pour enfants organisés par Les Amis des Aveugles. Ces stages ont pour but d’aider les enfants dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et d’observer leurs interactions sociales. Pendant les activités, ils travailleront l’orientation et l’organisation spatiale, les sens compensatoires, la motricité fine, l’exploration visuelle, etc.

Albums photos :

Stage Halloween

Stage de Pâques à Spa

Courez les 20 km de Bruxelles 2017 pour les enfants aveugles et malvoyants !

Pour la 38e édition des 20 km de Bruxelles le 28 mai 2017, courez solidaires sous les couleurs des Amis des Aveugles.

Le 28 mai prochain, Les Amis des Aveugles et Malvoyants participeront à la course mythique de Bruxelles qui réunira 40.000 coureurs. Rejoignez notre équipe de coureurs et soutenez l’organisation d’un stage pour enfants déficients visuels.

https://i0.wp.com/amisdesaveugles.org/images/sitefr/edit/Actualites/20%20km%20de%20bruxelles/20-km-AdA-2016-BXL.jpgVos avantages

Les Amis des Aveugles se chargent de tout !

– Votre inscription aux 20 km de Bruxelles
– Votre dossard
– Un T-shirt de course
– Jour J : rafraîchissement et collation saine
– Et un point de rassemblement proche du départ !

S’inscrire dans l’équipe des Amis des Aveugles c’est obtenir sa place dans la course et soutenir nos activités.

Quel coût ?

Le prix de l’inscription est fixé à 25€ qui est reversé au SIBP, organisateur des 20 km à verser sur le compte BE 39 0015 3194 23 19 / BIC : GEBABEBB avec la communication « 20km + votre nom et prénom ». Les frais d’inscription pour les personnes déficientes visuelles sont gratuits. Ils seront pris en charge par l’association.

Comment s’inscrire ?

Retournez-nous le formulaire d’inscription (.doc) ou le formulaire d’inscription (.pdf) dûment rempli avant le vendredi 10 mars obligatoirement. Inscription aussi par téléphone au 065/40.31.00 ou par mail à l’adresse s.sports-loisirs@amisdesaveugles.org.

Versez vos frais d’inscription soit 25€, sur le compte BE 39 0015 3194 23 19 / BIC : GEBABEBB ? en mentionnant comme communication « 20km + votre nom et prénom ».
Dès réception du formulaire et du versement, nous vous confirmerons votre inscription. Nous assurons la coordination et vous transmettrons les nouvelles informations pratiques en temps utile.

Envie de soutenir notre stage organisé pour les enfants aveugles ou malvoyants ?

Pendant une semaine, des enfants voyants et malvoyants auront l’occasion de partager les mêmes activités dans une perspective d’inclusion. Encadrés par des professionnels de la rééducation fonctionnelle dans le domaine visuel, les enfants travailleront ensemble différents aspects thérapeutiques. Les activités proposées permettent d’exploiter le développement des sens compensatoires, l’expression verbale et corporelle, le rythme… Des sorties et ateliers seront au programme : expression corporelle, cuisine, musique, papier mâché, peinture, crayonnage, potager adapté, épreuves sensorielles et jeux adaptés.

Pour soutenir l’organisation de ce stage, aidez-nous en effectuant un don*** :

• Au numéro de compte IBAN : BE 61 2700 3900 0117 – BIC : GEBABEBB
• Avec la communication : 20km + nom + prénom
*** A partir d’un montant annuel de 40 € en 2017 (ne comprenant pas les 25€ d’inscription), vous recevrez automatiquement une attestation fiscale durant le premier trimestre 2018 donnant droit à une réduction d’impôt. Pour bénéficier d’une attestation fiscale, un don ne peut être le résultat d’une récolte de fonds collective.

Action organisée avec le soutien du Service public francophone bruxellois (Commission communautaire française) Service public francophone bruxellois (COCOF).

03/12 – Nouvelle campagne UNIA – J’ai un handicap et j’ai des droits

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées a 10 ans. Le 3 décembre, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, Unia (Centre interfédéral pour l’égalité des chances) lancera une campagne réalisée par et pour les personnes handicapées. Le message ? Défendez vos droits. L’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants soutient cette campagne. Les personnes déficientes visuelles ont un handicap et elles ont des droits ! Nous serons présents à Mons ce 03/12 pour les revendiquer aux côtés d’Unia.

Visionnez le clip de la campagne ci-dessous (disponible en audiodescription en cliquant sur le lien en bas à gauche de la vidéo).

De nombreuses personnes handicapées ignorent encore leurs droits. À travers cette campagne d’information, et en utilisant différents canaux de communication, Unia veut changer la donne en diffusant : des films sous-titrés sur les réseaux sociaux et en pharmacies ; des bannières sur les sites web fréquentés par des personnes handicapées ; des affiches et dépliants dans les associations représentatives des personnes handicapées.

Manifestation de chaussures

Le 3 décembre, des centaines de paires de chaussures seront déposées dans sept villes de Belgique. Ces chaussures manifesteront contre l’invisibilité des personnes handicapées et réclameront une meilleure prise en compte de leurs droits. Découvrez cette action ici.

Les Amis des Aveugles et Malvoyants soutiennent cette action et seront présents à Mons pour vous rencontrer. L’événement se déroulera au carrefour de la rue de la Chaussée, Grand’rue, rue Samson et de la rue des Fripiers (à hauteur du magasin Levi’s et de l’ancien Mediamarkt) de 14h à 16h le samedi 3 décembre. Si en tant que personne déficiente visuelle vous vivez une situation de discrimination, vous pouvez prendre contact avec le service social de l’association qui vous aidera dans vos démarches auprès d’Unia.

Des droits comme tout le monde

Les personnes handicapées ont des droits, beaucoup de droits. Comme tout le monde. Ces droits sont définis dans la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. Cette convention, qui existe depuis 10 ans, a été ratifiée par la Belgique en 2009. Elle s’est ainsi engagée à respecter et faire respecter les droits des personnes handicapées.

Unia a été désigné par les autorités belges pour surveiller l’application de ces principes.

Vos droits

Toute forme de discrimination fondée sur le handicap est interdite. Les personnes handicapées ont le droit :

  • de participer à l’élaboration des lois et politiques qui les concernent ;
  • d’accéder aux écoles, logements, transports publics et à leur lieu de travail ;
  • de prendre des décisions, de gérer leur argent et leurs biens personnels ;
  • d’être protégées contre toute forme de violence ou d’abus physique ou psychologique, et d’être traitées avec respect ;
  • de vivre où et avec qui elles veulent et de bénéficier du soutien nécessaire à cet effet.

Les personnes handicapées ont également droit :

  • à un enseignement inclusif qui ne sépare pas les élèves handicapés des autres élèves ;
  • à des aménagements individuels et collectifs au sein de l’enseignement ordinaire ;
  • au travail, dans tous les secteur

Site Unia : http://www.unia.be/fr

bunposters_6

« LE CŒUR EN BRAILLE » en avant-première en audiodescription et en présence de Michel BOUJENAH

Souvenez-vous pendant l’été 2015, pour les besoins du tournage du 3e film de Michel Boujenah, l’équipe de production s’était posée sur le site des Amis des Aveugles à la Résidence Comtesse Madeleine d’Oultremont. L’humoriste et réalisateur vient nous présenter son dernier film en avant-première le 23 novembre à 16h à Mons : Le cœur en braille, un film à voir avec le cœur.

L’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants, en collaboration avec le cinéma Le Plaza Art de Mons, a le plaisir de vous inviter à l’avant première en audiodescription et en présence de Michel Boujenah.

LE CŒUR EN BRAILLE

Comédie dramatique française réalisée par Michel Boujenah

Avec Charles Berling, Pascal Elbé…

le coeur en braille afficheRésumé: Marie est une adolescente passionnée de violoncelle et très douée à l’école. Victor est un garçon sympathique, dynamique, mais qui connaît quelques difficultés scolaires. Ignorant que Marie est entrain de perdre la vue, Victor tombe amoureux d’elle. Et petit à petit, à sa grande surprise, Marie se met à l’aider… Lorsque Marie lui révèle son secret, un pacte est conclu entre les deux adolescents : Victor l’aide à cacher son état afin qu’elle puisse passer le concours d’entrée au conservatoire. Une amitié indéfectible va naître de ce duo improbable, prêt à tout pour faire front face au reste du monde.

23 novembre 2016 à 16h00 au cinéma PLAZA-ART – rue de Nimy, 12 à 7000 MONS

Renseignements et réservation :

  • 065 40 31 00 – s.culture@amisdesaveugles.org.
  • Possibilité de prise en charge pour les personnes aveugles et malvoyantes à partir de la gare de Mons à 15h30.

L’école pour tous

Dans une enquête de La Ligue Des Familles[1] publiée en juin 2014, 95 % des personnes interrogées pensent que l’accès à l’éducation est prioritaire pour les per­sonnes en situation de handicap et 97 % sont favorables à l’inclusion des enfants en situation de handicap dans l’enseignement ordinaire. À l’occasion de la rentrée scolaire, nous nous sommes penchés sur les éléments qui permettent qu’ aujourd’hui, dans une optique d’égalité des chances, des élèves en situation de handicap puissent suivre le même parcours scolaire que leurs condisciples. 

Naissance de l’enseignement spécial

La scolarité des enfants en situation de handicap était assurée au XIXe siècle en Belgique par des établissements privés en marge du système scolaire ordinaire. Nous pouvons citer parmi ceux-ci, l’école privée pour aveugles créée à Ghlin en 1885 par Léonard Simonon et qui donnera par la suite nais­sance à l’ASBL « Les Amis des Aveugles et Malvoyants». Suite au mouvement de défense sociale qui aboutit au XXe siècle aux mesures de protection de l’enfance, la loi sur l’instruction obligatoire fut votée en 1914. Elle prévoyait que les communes organisent des classes pour « enfants fai­blement doués ou arriérés ou pour enfants anormaux ». En réalité, les enfants en situation de handicap étaient très peu pris en charge. Ils étaient mis à l’écart dans des classes annexées aux écoles ordinaires.

En 1970, une loi organisant l’enseignement spécial est vo­tée. L’enseignement spécial est organisé sur base d’une typologie des différents handicaps. Le type 6 concerne les enfants présentant une déficience visuelle. Ce système éducatif fit à l’époque l’admiration des autres pays euro­péens de par le souci de la Belgique de créer un système d’enseignement « pour tous ».

Lire la suite