Quai d’Orsay – en audiodescription sur la RTBF – 17/03 – 20h50

Suffisamment rare que pour être souligné, la RTBF diffuse ce vendredi 17 mars un film en audiodescription. Au programme de la soirée : « Quai d’Orsay ». Thierry Lhermitte en ministre des affaires étrangères, Julie Gayet en conseillère Afrique ; un casting de premier choix pour cette adaptation de la bande dessinée à succès éponyme. Vendredi 17 mars à 20h50 sur la Une – en audiodescription.  Pour connaitre la procédure d’activation de l’audiodescription sur le décodeur VOO, cliquez ici, pour le décodeur Proximus, cliquez ici.  

Affiche-quai-d-orsay

A l’origine du film, une bande dessinée de Christophe Blain et Abel Lanzac. Le réalisateur Bertrand Tavernier ne connaissait pas Quai d’Orsay qu’il a découvert grâce au cadeau d’un ami. « Je l’ai lu dans la nuit, d’une traite. Dès le lendemain, j’ai demandé à mon producteur et associé, Frédéric Bourboulon, d’en acheter les droits d’adaptation. » explique Bertrand Tavernier à nos confrères d’Allô Ciné.

Résumé :

Arthur Vlaminck est un jeune énarque, nouveau venu au Quai d’Orsay. Il a été embauché pour écrire les discours d’Alexandre Taillard de Vorms, le charismatique ministre des Affaires Étrangères. Ce dernier est un tourbillon et le jeune homme peut à peine prononcer un mot face à lui. Lorsque le politicien, très occupé, daigne lui consacrer de brefs instants, il jette un coup d’œil aux textes que le jeune conseiller lui a concoctés. Puis, sans tenir compte de l’opinion du rédacteur, il les corrige comme bon lui semble. Le directeur du cabinet du ministre sert de guide au jeune homme et lui apprend notamment à composer avec le tempérament fougueux de Taillard…

Retrouvez les séances de cinéma en audiodescription organisées par Les Amis des Aveugles sur : http://amisdesaveugles.org/agenda.html

Rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique pour les aveugles et malvoyants

Dans le cadre de la 32e édition du Festival International du Film d’Amour (FIFA), l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants a réuni le 24 février 2016 à Mons les décideurs politiques, les éditeurs, les diffuseurs, et les producteurs d’œuvres audiovisuelles pour faire le point sur l’accessibilité de l’audiovisuel pour les personnes déficientes visuelles (le lien vers le compte-rendu de la rencontre se situe dans le bas de l’article).

Accessibilité de l'audiovisuel pour les personnes aveugles et malvoyantes en Belgique

Le cinéma adapté pour les aveugles et les malvoyants

Depuis 1999, l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants, soutenue ponctuellement par les pouvoirs publics, audiodécrit 5 à 6 films par an. L’audiodescription consiste en l’insertion de commentaires descriptifs sur la bande originale d’un film. Précurseurs du développement de cinéma en audiodescription en Belgique, Les Amis des Aveugles ont mis en place une méthodologie qui préserve la spontanéité et ne dénature pas l’œuvre originale. Forte de ses partenariats, l’ASBL propose des ciné-clubs en audiodescription et participe à des festivals de renommée internationale. Ces séances permettent aux personnes aveugles et malvoyantes de partager des moments de convivialité et de rencontres.

Rendre les œuvres audiovisuelles progressivement accessibles

D’un point de vue légal, une directive européenne du 11 décembre 2007 (directive 2007/65/CE) encourage les Etats membres à rendre progressivement accessibles les œuvres audiovisuelles aux personnes déficientes visuelles. En Belgique, l’offre de films audiodécrits, à la télévision comme au cinéma, repose actuellement sur la bonne volonté d’associations et de quelques opérateurs sensibles aux déficiences sensorielles, même si celle-ci est insuffisante pour rencontrer les besoins de ces publics.

L’utilisation des nouvelles technologies pour favoriser l’accessibilité

Le débat riche et dynamique a mis en lumière une nécessaire implication du monde politique et des différentes intervenants dans la vie d’une œuvre audiovisuelle pour une plus grande accessibilité de l’audiovisuel. Le coût dérisoire de l’audiodescription et de l’utilisation des nouvelles technologies ont été pointés comme des éléments favorisant le développement de l’audiodescription. De l’avis de tous les participants – RTBF, Canal C, VRT, CSA, Zicht op cultuur, FIFA, Union des Producteurs Francophones de Films, Centre du Cinéma, AVIQ et les Cabinets de Maxime PREVOT et de Jean-Claude MARCOURT – mutualiser les expertises et les compétences de chacun est nécessaire pour créer une offre foisonnante d’œuvres audiovisuelles accessibles à tous et en toute convivialité.

Consultez le compte-rendu de la rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique : format Pdfformat Word