Andy, jeune déficient visuel, un bel exemple d’intégration !

Dans le cadre de son émission InfoMag, la télévision locale Antenne Centre est partie à la rencontre d’Andy, jeune déficient visuel suivi par Les Amis des Aveugles et Malvoyants, un bel exemple d’intégration et de joie de vivre !

Voir le reportage : http://www.antennecentre.tv/www/fayt_lez_manage_un_bel_exemple_d_int_gration_d_un_enfant_mal_voyant_infomag_du_1er_f_vrier_-87374-999-263.html

L’accompagnement précoce des enfants déficients visuels est essentiel pour développer leur autonomie et les sens compensatoires. Depuis 2013, Andy, 6 ans, est suivi par les thérapeutes du centre de réadaptation des Amis des Aveugles. Pendant près des 200 heures, il a participé à des séances de psychomotricité, appris de manière adaptée des activités de la vie quotidienne comme par exemple comment se brosser les dents, expérimenté la mobilité avec une précanne développée au sein du centre, et bien d’autres éléments favorisant son autonomie.  Au fil des mois et des années, les séances thérapeutiques se sont étoffées en fonction des besoins d’Andy.

Le jeune garçon est scolarisé dans l’enseignement primaire ordinaire à Fayt-lez-Manage. Très motivée, l’équipe éducative s’investit beaucoup dans l’inclusion d’Andy en première année primaire. Son institutrice s’est même mise à apprendre le braille. L’arrivée en septembre dernier dans une nouvelle école a nécessité plusieurs séances avec une ergothérapeute spécialisée en orientation et mobilité pour qu’il puisse y prendre des repères et se déplacer. Il a également appris à bien organiser son cartable pour retrouver aisément ses affaires.

En dehors de l’école, il aime beaucoup rejoindre ses copains des baladins, de l’unité scoute de Jolimont. Les animateurs prennent en compte la déficience visuelle d’Andy pour adapter aux mieux les activités et les jeux.

Exploration tactile d'une reproduction de statue

Exploration tactile d’une reproduction de statue

Amateur de découvertes et d’aventures, il participe volontiers aux stages pour enfants organisés par Les Amis des Aveugles. Ces stages ont pour but d’aider les enfants dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et d’observer leurs interactions sociales. Pendant les activités, ils travailleront l’orientation et l’organisation spatiale, les sens compensatoires, la motricité fine, l’exploration visuelle, etc.

Albums photos :

Stage Halloween

Stage de Pâques à Spa

Publicités

Mickaël Coppens – un top chef malvoyant en devenir

Mickaël est malvoyant de naissance. Il a des difficultés à déchiffrer les petits caractères et à distinguer des personnes de loin. Pourtant, il se forme avec passion au dur métier de cuisinier.

Portrait-de-MickaëlQuel est ton parcours scolaire ?

Depuis un an, je suis intégré dans l’enseignement ordinaire professionnel en section hôtellerie. Avant, j’étais élève dans l’enseignement spécialisé mais l’école que je fréquentais ne proposait pas la formation que je souhaitais. Donc, j’ai décidé d’entreprendre ce projet car je crois qu’avec de l’espoir et de la volonté on peut, en tant que déficient visuel, arriver aux mêmes objectifs que les autres.

Pourquoi avoir choisi l’hôtellerie ?

J’ai souhaité m’orienter dans les métiers de l’hôtellerie car j’ai envie de cuisiner de bons produits tout en restant abordable. Montrer aux personnes qui goûteront mes plats qu’il existe des tas d’aliments sains et savoureux bien loin de ce que l’on peut trouver dans les aliments préparés industriellement.

Comment ont réagi tes professeurs ?

A l’école, tout le monde est au courant de ma déficience visuelle. Cela n’empêche que certains profs ont peur et parfois me déconseillent de poursuivre dans cette voie. Heureusement, je peux compter sur le soutien d’autres profs plus compréhensifs et aussi sur l’aide de mes copains. Ils comprennent mes difficultés et m’encouragent.

Utilises-tu des adaptations particulières ?

Pour l’instant non. J’essaye de m’adapter seul sans matériel adapté en créant mes propres méthodes. Même si je connais bien les produits puisque je cuisine depuis que je suis tout petit, je goûte et je touche énormément. Ce sont des sens importants en cuisine parce qu’ils apportent beaucoup d’informations. J’aime créer et inventer, par exemple, des sauces originales.

Quel serait ton rêve ?

Un rêve un peu fou serait de devenir chef gastronomique avec une étoile. Le problème serait de réussir à travailler sous pression. Je pense que je travaillerais plutôt comme chef à domicile. Cela me plairait de pouvoir cuisiner selon les envies des personnes.

—–

Mickaël est suivi par le centre de transcription adaptée des Amis des Aveugles. Le centre intervient notamment dans les transcriptions de ses cours en grands caractères. Il est également suivi par le service social qui l’accompagne dans ses démarches administratives ou ses demandes d’aide. Les Amis des Aveugles l’encouragent chaleureusement dans la poursuite de ses rêves et projets.

L’adaptation des supports de cours est essentielle pour pouvoir apprendre et être mis dans les mêmes conditions que les autres étudiants. Cette mission est exercée par les centres de transcription adaptée. Les transcriptions sont réalisées sur support papier ou informatique et nécessitent de nombreuses heures d’un travail minutieux et spécialisé.

Depuis 2015, le décret wallon concernant les aides matérielles prévoit une participation des bénéficiaires dans les coûts de transcription à concurrence de 2 ou 10 % de la facture globale. Afin de soutenir les étudiants dans leurs études, Les Amis des Aveugles ont décidé d’intervenir financièrement dans les cas où ce surcoût serait difficilement soutenable par les familles – ce qui sera déterminé par une analyse de la situation financière familiale par le service social. Nous souhaitons une excellente année scolaire à tous les étudiants.

L’école pour tous

Dans une enquête de La Ligue Des Familles[1] publiée en juin 2014, 95 % des personnes interrogées pensent que l’accès à l’éducation est prioritaire pour les per­sonnes en situation de handicap et 97 % sont favorables à l’inclusion des enfants en situation de handicap dans l’enseignement ordinaire. À l’occasion de la rentrée scolaire, nous nous sommes penchés sur les éléments qui permettent qu’ aujourd’hui, dans une optique d’égalité des chances, des élèves en situation de handicap puissent suivre le même parcours scolaire que leurs condisciples. 

Naissance de l’enseignement spécial

La scolarité des enfants en situation de handicap était assurée au XIXe siècle en Belgique par des établissements privés en marge du système scolaire ordinaire. Nous pouvons citer parmi ceux-ci, l’école privée pour aveugles créée à Ghlin en 1885 par Léonard Simonon et qui donnera par la suite nais­sance à l’ASBL « Les Amis des Aveugles et Malvoyants». Suite au mouvement de défense sociale qui aboutit au XXe siècle aux mesures de protection de l’enfance, la loi sur l’instruction obligatoire fut votée en 1914. Elle prévoyait que les communes organisent des classes pour « enfants fai­blement doués ou arriérés ou pour enfants anormaux ». En réalité, les enfants en situation de handicap étaient très peu pris en charge. Ils étaient mis à l’écart dans des classes annexées aux écoles ordinaires.

En 1970, une loi organisant l’enseignement spécial est vo­tée. L’enseignement spécial est organisé sur base d’une typologie des différents handicaps. Le type 6 concerne les enfants présentant une déficience visuelle. Ce système éducatif fit à l’époque l’admiration des autres pays euro­péens de par le souci de la Belgique de créer un système d’enseignement « pour tous ».

Lire la suite