Les news sportives du service loisirs

Envie de vous balader ? De redécouvrir la nature ? Ou tout simplement de prendre l’air ? Préparez vos chaussures de marche ou vos baskets car la saison s’annonce dynamique pour le service loisirs des Amis des Aveugles qui vous propose de nouvelles activités et dates de rencontre. En compagnie d’une dynamique équipe de bénévoles, nous vous garantissons un pur moment d’évasion ! Prochaines activités dans l’article ci-dessous.

Marchons ensemble tous les mois

  • Jeudi 3 novembre (Départ 13h30 – Place d’Eugies) : Boucle d’environ 5 km entre sentiers et circuits balisés à la découverte du patrimoine naturel du territoire des hauts pays.
  • Jeudi 1er décembre (Départ 13h30 – Place de Nimy) : Balade d’environ 6 km sur les chemins de halage du canal Nimy – Blaton.

https://i0.wp.com/amisdesaveugles.org/images/sitefr/edit/agenda/Loisirs/marche-amis-des-aveugles.JPG

Sportons-nous… aux bottines du lac !

Dimanche 20 novembre (Départ 10h15 – Ferme du Badon, Lacs de l’Eau d’Heure)

Les Bottines du Lac est LA course nature à ne pas rater ! Outre le jogging (7, 16 et 22 km), un parcours en joëlette est prévu pour les personnes porteuses d’un handicap physique et un autre pour les plus jeunes. Différents stands sont au programme : magicien, tombola, test de vélo, stand d’étirement, stands d’informations santé et bien-être, petite restauration… Marcheurs, joggeurs, soyez au rendez-vous ! La participation sera prise en charge par l’ASBL pour les déficients visuels mais les inscriptions sont obligatoires.

copyright-les-lacs-de-leau-dheure

Copyright : Les Lacs de l’Eau d’Heure

 

 

La marche nordique, ça vous dit ?

Le service Loisirs vous propose prochainement une nouvelle activité : la marche nordique adaptée. Praticable en toute saison, cette activité est idéale si vous n’avez pas pratiqué de sport depuis longtemps. Curieux ? Prenez vite contact pour plus d’informations.

Et le Cécifoot ?

Vous êtes fans de football et vous souhaitez en pratiquer ? Essayez le cécifoot : un sport spécialement adapté pour les personnes non et malvoyantes, se jouant à 5 contre 5. Nous cherchons actuellement des passionnés du ballon rond afin de constituer une équipe de cécifoot dans la région montoise. Intéressés par l’expérience ? Manifestez-vous au plus vite !

men-playing-soccer-on-stadium

N’oubliez pas nos rendez-vous piscine chaque mercredi à Mons !

 

Inscriptions et renseignements : 065 40 31 00

ou s.sports-loisirs@amisdesaveugles.org

Jouer au football sans voir : le cécifoot ou 5-a-side

Le cécifoot ou football 5-a-side est une adaptation du football pour déficients visuels. Le Brussels 5-a-side inaugure ses infrastructures dans le cadre d’une manche du championnat de France à Bruxelles les 26 et 27 mars 2016.

Le Brussels 5-a-side est le premier club belge de cécifoot a avoir vu le jour, au départ d’une ASBL créée en 2000 qui a pour objet  l’intégration de la personne en situation de handicap via le sport, en ce compris son bien-être et sa vie sociale.  Les joueurs pratiquent cette activité sous forme de loisir ou en compétition.

-® James Bill (4)

-® James Bill

Faute d’équipes suffisantes (uniquement 3 équipes francophones et aucune néerlandophone), organiser un championnat belge est impossible. Les joueurs doivent donc participer soit à un championnat d’un pays (voisin de préférence, pour la longueur des déplacements et les frais y afférents), soit à des tournois amicaux internationaux pour augmenter leur niveau de jeu. Le club participe depuis 2010 au championnat français. Aucune infrastructure aux normes internationales n’existait en Belgique jusqu’en octobre 2015.

Avec l’aide de Cap 48 et de la Région Bruxelloise, le Brussels 5-a-side a pu se doter des barrières latérales fabriquées par la firme qui a fourni les Jeux Paralympiques de Londres en 2012.  Implantées à l’Académie du RSC Anderlecht, grâce à la Fondation Vanden Stock,  elles donnent la possibilité aux joueurs de pratiquer leur sport sur terrain synthétique en outdoor, comme demandé par le règlement international.

Vu cette nouvelle possibilité, le club organisera une manche du championnat de France le 26 et le 27 mars. Parallèlement aux matches, un atelier de sensibilisation au cécifoot se déroulera sur un terrain annexe, afin de faire prendre conscience, aux personnes voyantes, des difficultés que représente la déficience visuelle et de ce fait, modifier le regard sur le handicap et promouvoir l’intégration de personnes moins valides dans la société en général et par le sport en particulier.  Toute personne valide ou moins valide pourra essayer la discipline grâce à un encadrement approprié.

Jouer au football sans voir – le cécifoot ou 5-a-side (dénomination paralympique)

Le cécifoot ou football 5-a-side est une adaptation du football pour déficients visuels. Sa pratique est régie  par un règlement international (IBSA) qui définit deux catégories avec des règles propres

La catégorie B1 pour non-voyants et assimilés, sport paralympique se jouant avec ballon sonore et bandeaux sur les yeux. La catégorie B2/B3 pour malvoyants.

Seule la catégorie B1 est un sport paralympique et l’événement sportif organisé concerne uniquement cette catégorie.

Le 5-a-side se joue sur un terrain extérieur aux dimensions de mini-foot (40m/20m) avec des goals de 3m/2m et des barrières latérales disposées sur toute la longueur du terrain.

Les équipes sont composées de 5 joueurs : 4 joueurs de champs déficients visuels et un gardien, bien voyant mais qui ne peut sortir de son goal que dans un espace très réduit et délimité.

Les joueurs signalent leur position par des codes verbaux, certains étant obligatoires pour la sécurité du jeu (« voy »).  Ils sont aidés par trois guides bien voyants : le coach de l’entrejeu, le guide de l’attaque et le gardien qui organise la défense.

-® Oliver Biddle (7)

-® Oliver Biddle

  • Planning

Action de sensibilisation « grand public »  le samedi 26 de 10h à 12h et de 14h30 à 16h30.   Inscriptions sur place.

Compétition les samedi 26 et dimanche 27 mars selon le tableau ci-dessous.

La compétition se déroule sur deux terrains en parallèle, les équipes ayant été réparties en deux pool par tirage au sort en début de saison.

Samedi 26 mars

9h   Handisport Cénon – Cécifoot Charleroi

10h Saint-Mandé – AVH Paris                            et     SCS Paris-  Brussels Anderlecht Violaines

14h Don Bosco Nantes – Saint Mandé             et     Toulouse FC et SC Paris

15h AVH Paris – Cécifoot Charleroi                  et      Brussels Anderlecht Violaines- SC Schiltigheim

17h Don Bosco Nantes- Handisport Cénon     et     Toulouse FC- SC Schiltigheim

Dimanche 27 mars

9h   Saint-Mandé- Handisport Cénon                et     Toulouse FC – Brussels Anderlecht Violaines

10h Don Bosco Nantes – AVH Paris                   et     SC Schiltigheim- SC Paris

  • Lieu de la compétition

RSC Anderlecht- Académie – Drève Olympique 1 – 1070      Bruxelles

  • Plus d’infos
TEL :  02/779.41.58 (+ répondeur) ou 0475/67.40.73
FAX :   02/779.41.58
E-MAIL :  
info@cecifoot.be
info@5-a-side.be
SITE WEB :   http://www.cecifoot.be

Le portrait d’un jeune avocat déficient visuel

Alexandre Wespes est déficient visuel. Il a été suivi par le service social des Amis des Aveugles tout au long de ses études et a fait appel également au centre de transcription adaptée de l’association. Aujourd’hui, il a 25 ans et travaille en tant qu’avocat au sein du cabinet d’avocats Sotra spécialisé en matière de conseils juridiques dans les litiges relatifs au droit du travail. A côté de son activité principale, il est également professeur de droit du travail et de la sécurité sociale dans une haute école bruxelloise. Il dispense des cours à des étudiants-infirmiers qui suivent une spécialisation.

Aleandre-Wespes

De quelle déficience visuelle souffrez-vous ? Avez-vous toujours été non-voyant ?

J’ai une rétinite pigmentaire qui est une maladie congénitale. Je perds petit à petit la vue et je perçois encore des formes sans pouvoir distinguer les détails. La lumière m’éblouit et c’est la raison pour laquelle je mets des lunettes de soleil lorsque je sors dans la rue. Dans le passé, je mettais également des lentilles colorées qui diminuaient la luminosité. En raison de la dangerosité de celles-ci, j’ai décidé d’arrêter de les porter. En effet, de par le fait qu’elles m’étaient très utiles, je les mettais tous les jours et très longtemps et des « néo-vaisseaux » sont apparus dans mes yeux ce qui est relativement dangereux. En raison de l’état d’avancement de ma maladie, j’ai dû entreprendre des démarches pour avoir un chien guide (Laïka) qui m’accompagne partout et m’aide dans mes déplacements. A force d’être toujours avec elle, je n’imagine plus ma vie sans elle tant elle est devenue pour moi plus qu’une aide mais un membre à part entière de ma vie.

Quel a été votre parcours scolaire et universitaire ? Utilisiez-vous du matériel adapté ?

J’ai toujours été en enseignement ordinaire. Au départ, durant mes années primaires et secondaires, j’utilisais de l’encre noir sur du papier blanc pour que le contraste soit le plus important. J’utilisais également une loupe pour agrandir certains textes. Un accord avait été conclu avec mes professeurs pour que les feuilles me soient données en caractère 14 et en gras.

Durant mes humanités, je disposais en classe d’une TV-Loupe avec une caméra intégrée qui me permettait de zoomer sur le tableau. Dans les dernières années, j’avais l’autorisation de prendre mon ordinateur portable.

A l’université, j’étudiais sur des syllabi en version informatisée. Je mettais le document sur mon ordinateur et, grâce à des programmes spécifiques, ce dernier me le lisait.

Je dois reconnaître que j’ai pu réussir mes études sans trop d’embûche grâce à l’aide qui m’a été apportée par mes parents. Ils ont énormément contribué à ma réussite scolaire.
Comment se passe votre travail au quotidien ?

Actuellement et en raison de l’avancée de ma maladie, je travaille exclusivement grâce à des programmes de synthèse vocale. Ceci signifie que je transforme l’ensemble de mes documents papiers en document informatique et que je les intègre dans un programme qui me les lit. J’utilise mon téléphone portable pour photographier des feuilles papiers afin que le téléphone puisse me lire leurs contenus.

En tant que personne déficiente visuelle, avez-vous éprouvé des difficultés à trouver un emploi ?

Il est certain que j’ai déjà été confronté soit explicitement soit implicitement à de la discrimination sur base de mon handicap. A titre d’exemple, un employeur du secteur public m’avait expliqué que les chiens n’étaient pas admis dans son institution. Par respect pour lui, je n’évoquerai, bien entendu, ni son nom ni son institution. Cependant, ce n’est jamais plaisant d’entendre une ré-flexion de la sorte.

Ensuite, je me doute que certains employeurs, à la vue de mon curriculum vitae, se sont dit que ce serait trop compliqué et m’ont répondu qu’ils n’avaient plus de place ou même ne m’ont pas répondu du tout.

Néanmoins, je suis bien conscient que mon handicap ne fut pas – heureusement d’ailleurs – l’unique motif qui m’a empêché de trouver un travail directement après mes études. En effet, je n’étais pas le seul jeune à me présenter sur le marché de l’emploi et, comme tout le monde le sait, les places sont chères vu le nombre im-portant de demandes.

Quels sont vos hobbys, pratiquez-vous du sport ?

Je joue au «five-a-side» ou encore appelé en français « cécifoot » qui est du football pour aveugle et malvoyant. C’est un sport adapté dans lequel tout ce qui est visuel est remplacé par de l’auditif. Dans ce cadre, je joue pour le R.S.C. Anderlecht mais aussi pour l’équipe nationale. Les règles sont les suivantes :

  • Chaque équipe est composée de cinq joueurs : un gardien bien voyant et quatre joueurs de champ qui doivent mettre un bandeau sur les yeux afin de créer une égalité totale entre joueurs. Donc, aucun joueur de champ ne voit.
  • Le ballon est sonore
  • Un coach bien voyant se trouve sur le bord du terrain et donne des informations orales aux joueurs sur le déroulement du jeu.
  • Un autre coach se place derrière le goal adverse et donne des indications aux attaquants pour qu’ils sachent où ils doivent shooter.
  • Les joueurs doivent dire « voy » quand ils se déplacent et ce dans le but d’éviter les collisions.
  • Les buts font environ 3 mètres de large et deux mètres de hauteur.

Dans ce cadre, je joue pour le R.S.C. Anderlecht mais aussi pour l’équipe nationale.

J’ai également, dans le passé, pris quelques cours de guitare et je joue encore de cet instrument de temps en temps. J’essaye encore de pratiquer au plus le néerlandais et l’anglais afin de pouvoir prétendre être un jour trilingue. J’aime également beaucoup regarder des documentaires.

Quels sont vos projets futurs ?

Je viens d’acheter un appartement. Donc, outre le fait de conserver mon emploi et retrouver une nouvelle petite amie, je dirais que mon projet à court terme est de pouvoir emménager le plus rapidement possible. A moyen et long terme, je voudrais fonder une famille, avoir des enfants… Bref, avoir une vie normale. C’est finalement l’unique but de ma vie : avoir une vie normale.