Prouver son handicap ? Utilisez la European Disability Card

A partir d’aujourd’hui, toute personne qui souhaite prouver son handicap à la caisse d’un musée, d’un parc d’attractions ou d’un centre sportif aura moins de difficultés grâce à la European Disability Card. Tant attendue, cette carte favorise l’accès des personnes en situation de handicap à la culture, au sport et aux loisirs et offre une série d’avantages dans ces domaines.

Qu’est ce que la European Disability Card ?

Cette carte personnelle permettra de demander beaucoup plus facilement des avantages pour personnes handicapées auprès des institutions sportives, culturelles et de loisirs participantes.

Souvent, les personnes présentaient des attestations de médecins, des documents d’une institution particulière ou une carte de stationnement, ce que les personnes à la caisse ne pouvaient pas toujours vérifier facilement. La European Disability Card a une photo et une durée de validité et peut donc être facilement contrôlée.

Comment se la procurer ?

Dans une première phase du projet, la European Disability Card sera délivrée sur demande. Les personnes handicapées, reconnues par le SPF Sécurité sociale, AVIQ, PHARE, VAPH ou encore DPB, peuvent la demander auprès de l’une de ces 5 institutions : celle où elles ont leur dossier.

Comment et où utiliser la carte ?

  • Vous pouvez utiliser l’European Disability Card dans les domaines de la culture, du sport et des loisirs (par exemple les cinémas, théâtres, musées, parcs d’attraction…).
  • Consultez les sites d’informations, publicités, flyers, etc. du lieu où vous vous rendez, ou contactez l’organisateur : il vous informera sur les avantages proposés aux personnes qui bénéficient de la carte.
  • La carte peut être utilisée en Belgique mais également dans l’un des 7 autres pays de l’Union européenne participants : Chypre, l’Estonie, la Finlande, l’Italie, Malte, la Slovénie et la Roumanie.
  • La carte est strictement personnelle. Ses avantages vous sont exclusivement réservés. Vous devez toujours être en possession de la carte pour bénéficier des avantages.

Quelques exemples d’avantages ?

Les organisateurs d’activités culturelles, sportives ou de loisirs qui acceptent la carte sont libres de choisir les avantages qu’ils accordent. Il leur est par exemple proposé d’octroyer :

  • la gratuité ou les réductions de tarif pour la personne handicapée et/ou son accompagnant (ou interprète)
  • Un audio/visio guide gratuit
  • Des brochures ou plaquettes explicatives adaptées à différents besoins (en braille ou « faciles à lire » par exemple)
  • Des visites guidées adaptées (en langue des signes par exemple)
  • Une réduction sur les visites guidées
  • Des places accessibles et réservées
  • Un pass spécifique dans les parcs pour un accès plus aisé aux attractions
  • Etc.

Vous trouverez plus d’informations sur le tout nouveau site web www.eudisabilitycard.be

Publicités

Déficience visuelle : trucs et astuces pour faire ses courses

Plaisir ou corvée, faire les courses est une activité de la vie quotidienne à laquelle personne ne peut échapper. Lorsqu’une perte de vision survient, cela peut parfois se transformer en parcours du combattant. A moins de connaitre quelques astuces pouvant grandement se faciliter la vie. Nous allons vous en présenter quelques unes dans cet article.

Comment se rendre dans un magasin ?

Le saviez-vous, beaucoup de communes disposent d’un service de taxi social. Ce service est généralement mis en place au niveau des CPAS. Accessible aux personnes déficientes visuelles, les conditions d’utilisation sont toutefois variables d’un endroit à un autre. Par exemple, le CPAS de Mons propose un service de taxi social disponible pour les personnes habitant l’entité montoise bénéficiant d’une allocation pour personnes handicapées ou étant en situation de mobilité réduite. Le taxi peut se déplacer dans un rayon de 25 km autour du lieu de la prise en charge. Le coût comprend un forfait de prise en charge (6.50€) et une participation au km (0.35€).

Des services de transports sont également mis en place par les mutuelles ou par d’autres opérateurs. La plateforme internet « bien vivre chez soi » dans la partie « obtenir une aide / mobilité – transports », offre un aperçu des différents services disponibles. http://bienvivrechezsoi.be/obtenir-une-aide/mobilite-transports_22.php

Les Amis des Aveugles mettent également un service de transport à votre disposition. Les frais d’inscription s’élèvent à 21,95€. Il est nécessaire de s’inscrire via Sodexo http://www.wallonie-titres-services.be/ car le déplacement coûte un titre service de l’heure (9€). Le client reçoit une facture mensuelle avec le coût par km (0.35€/km). Si la personne réside dans l’arrondissement de Mons, elle ne payera que les km à partir de son domicile jusqu’au point de rdv. Dans le cas contraire, il devra payer les km à partir de Ghlin. Contactez le service social des Amis des Aveugles en suivant ce lien http://amisdesaveugles.org/service-social.html.

Besoin d’aide pour faire ses courses ?

Recourir à une aide familiale peut vous soulager aussi bien pour vous véhiculer jusqu’au magasin que pour réaliser avec ou sans vous vos achats. En région wallonne, le prix d’une heure de travail d’une aide familiale varie entre 0,87€ et 7,81€. Ce prix est fixé en fonction de la situation familiale, du nombre de personnes à charge et des revenus nets mensuels du ménage. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour connaitre les modalités pratiques et les conditions d’un éventuel remboursement.

De manière générale, les commerces ne disposent pas de service d’accompagnement pour des personnes en situation de handicap ou de référent PMR. Adressez-vous, au personnel afin de solliciter leur aide. Certaines grandes surfaces ont néanmoins choisi de former leur personnel à l’accueil des personnes déficientes visuelles, par exemple, l’hypermarché Carrefour des Grands-Prés à Mons.

Se repérer dans un magasin n’est parfois pas évident et requiert d’avoir une bonne représentation de l’espace. Il est parfois utile de solliciter l’aide et les conseils d’une ergothérapeute afin de gagner en autonomie et en efficacité. Pour connaître les modalités pratiques pour débuter un accompagnement aux Amis des Aveugles, veuillez prendre contact avec le service social en suivant ce lien : http://amisdesaveugles.org/service-social.html.

Des objets pour se faciliter la vie ?

On ne sait parfois pas quoi faire de toutes les petites pièces de monnaie qui se mélangent dans notre porte-monnaie. Le porte-pièces euros vous permet de ranger toutes vos pièces. Idéal dans la voiture, dans le sac, ou dans votre poche. Bien-sûr, livré sans les pièces ! (vendu par le service social des Amis des Aveugles).

Reconnaitre un billet peut également s’avérer compliqué surtout si on dispose de peu de temps à la caisse. La société Cobolt a mis au point un appareil simple permettant de reconnaître la valeur d’un billet de banque. Banknote Eurodetector est simple et très facile à utiliser: il ne comporte qu’un seul bouton. Lorsque vous avez appuyé sur le bouton, le détecteur vibre à plusieurs reprises, selon la valeur du billet de banque que vous avez introduit dans l’appareil. Vendu 58 € par Sensotec.

Faire du shopping avec un chien guide ?

L’accessibilité des lieux publics est une compétence régionalisée. Des décrets en région wallonne et flamande et une ordonnance en région bruxelloise autorisent les chiens guides, en ce compris les chiots en formation, à avoir accès à tous les lieux publics (restaurants, bâtiments publics, hôpitaux, commerces,…).

L’accès peut être refusé par un règlement spécifique à ces lieux. Les motivations peuvent être diverses (exigences d’hygiène, de santé publique, de sécurité ou d’impossibilité d’aménagement raisonnable ou en vertu d’une disposition légale ou réglementaire contraire.

Ce refus doit être porté à la connaissance du public par voie d’affichage. Les restrictions en matière d’hygiène et de santé publique sont admises dès lors qu’il s’agit de locaux spécifiquement consacrés à l’administration de soins ou à la réalisation d’actes médicotechniques ou dès lors qu’il s’agit de locaux fréquentés par des personnes non chaussées.

En cas d’un refus d’accès, privilégiez le dialogue. Il s’agit souvent d’une méconnaissance de la législation. Si cela ne suffit pas, prenez contact avec l’école qui a formé votre chien guide afin de sensibiliser le commerçant ou pour introduire une plainte sur base d’une discrimination auprès d’UNIA (le centre pour l’égalité des chances).

Et les courses en ligne ?

Plusieurs chaines de la grande distribution disposent d’un site internet permettant de faire ses courses en ligne. Fonctionnant souvent sur le principe d’un enlèvement en magasin, certaines chaines mettent aussi en œuvre la livraison à domicile. Carrefour propose le service « Carrefour drive » https://drive.be.carrefour.eu/fr/livraison-domicile (disponible à Bruxelles et dans le Brabant wallon). Vos courses effectuées en ligne vous seront livrées par la poste au moment choisi. Le montant total à payer comprend le prix de vente des produits livrés, majorés des frais de service de 4.50€, si votre commande n’atteint pas un total de 150€. Delhaize propose également la livraison à domicile des courses effectuées en ligne sur http://www.delhaize.be. Un forfait s’élève à 9,95€. Si vous ajoutez le produit de la semaine, vous bénéficiez des frais de préparation gratuits, soit une réduction de 4,50€ sur les frais de livraison. Chez Colruyt, les livraisons à domicile sont assurées par le service « solucious » https://www.solucious.be. Celui-ci coûte 18 € pour une commande de 0 à 125 €, 7 € pour une commande de 125 € à 250 €. Il est gratuit au-delà de 250 €.

Et vous quels sont vos trucs et astuces ?

EIDO, une nouvelle police adaptée aux malvoyants

Des chercheurs viennent de développer une nouvelle police de caractères adaptée aux personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Interview exclusive de Jean-Baptiste Bernard, chercheur au laboratoire de Psychologie Cognitive de l’Université d’Aix-Marseille.

Les patients atteints de DMLA, plus d’1 million en France, 30.000 en Belgique, se plaignent majoritairement de ne pas reconnaître correctement les mots qui composent un texte. Afin d’améliorer leur capacité de lecture, des chercheurs du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS et Aix-Marseille Université) ont développé une nouvelle police de caractères baptisée EIDO.

Exemple

Pourriez-vous nous expliquer brièvement le principe de cette police de caractères ?

La police EIDO se distingue des autres polices de caractères couramment utilisées grâce à des caractères aux formes optimisées qui ne se confondent pas entre eux. En effet, les faibles vitesses de lecture des personnes malvoyantes s’expliquent en partie par la forte proportion de confusions entre lettres physiquement similaires (par exemple, un b avec un d, un p avec un q, un h avec un l ou un e avec un c). La police EIDO a été définie de sorte à maximiser les différences physiques entre ces caractères fréquemment confondus en créant des différences d’orientation ou des formes plus marquées. La police EIDO est ainsi constituée de 26 lettres aux formes contrastées mais familières pour limiter le temps d’apprentissage des patients.

Est-elle unique ou existe-t-il d’autres polices de caractères adaptées au handicap visuel ?

Peu de polices de caractères qui sont destinées aux malvoyants existent, et aucune n’améliore à ma con-naissance les performances de reconnaissance de lettres, de mots ou de lecture chez les patients « basse vision ». Notre police de caractères est donc la première à montrer l’efficacité d’une police adaptée en termes de performance, du moins en ce qui concerne la reconnaissance visuelle de lettres et de mots.

Comment l’avez-vous mise au point ? Quelles sont ses avantages ?

Notre équipe du laboratoire de Psychologie Cognitive à Marseille a réfléchi à des formes visuelles simples qui peuvent se distinguer malgré la présence d’un handicap visuel. Il a fallu ensuite étudier les caractères qui étaient fréquemment confondus entre eux pour créer des différences physiques permettant d’éviter ces confusions. Éviter ces confusions permet ainsi aux sujets malvoyants de reconnaitre les caractères plus facilement, et donc les mots qui sont constitués de ces caractères.

Est-elle destinée juste à une utilisation numérique ? Envisagez-vous l’impression de livres ?

La force du numérique est de pouvoir instantanément modifier l’apparence physique d’un texte, et donc de passer facilement d’une police de caractère à une autre, comme l’on peut passer d’une taille de caractère à une autre. Utiliser la police de caractères EIDO pour l’impression de livres destinés à des personnes mal-voyantes est une possibilité envisageable dans le futur. Toutefois, nous avons besoin d’études complémentaires pour montrer qu’EIDO est efficace pour améliorer les performances de lecture des patients, avec notamment un test des effets d’un apprentissage poussé avec cette police de caractères.

Quelle a été la réaction des professionnels de la basse vision ?

La réaction des professionnels de la basse vision a été très enthousiaste, tout comme celle d’un grand nombre de patients qui ont pu l’utiliser. La possibilité de télécharger la police gratuitement a permis un retour d’une population importante de patients désirant améliorer leur performance de lecture. Un test à grande échelle est prévu prochainement pour tester l’efficacité de la police après un apprentissage plus important que lors de notre première étude, les utilisateurs dénotant un temps d’adaptation nécessaire avec EIDO.

03/12 – Nouvelle campagne UNIA – J’ai un handicap et j’ai des droits

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées a 10 ans. Le 3 décembre, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, Unia (Centre interfédéral pour l’égalité des chances) lancera une campagne réalisée par et pour les personnes handicapées. Le message ? Défendez vos droits. L’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants soutient cette campagne. Les personnes déficientes visuelles ont un handicap et elles ont des droits ! Nous serons présents à Mons ce 03/12 pour les revendiquer aux côtés d’Unia.

Visionnez le clip de la campagne ci-dessous (disponible en audiodescription en cliquant sur le lien en bas à gauche de la vidéo).

De nombreuses personnes handicapées ignorent encore leurs droits. À travers cette campagne d’information, et en utilisant différents canaux de communication, Unia veut changer la donne en diffusant : des films sous-titrés sur les réseaux sociaux et en pharmacies ; des bannières sur les sites web fréquentés par des personnes handicapées ; des affiches et dépliants dans les associations représentatives des personnes handicapées.

Manifestation de chaussures

Le 3 décembre, des centaines de paires de chaussures seront déposées dans sept villes de Belgique. Ces chaussures manifesteront contre l’invisibilité des personnes handicapées et réclameront une meilleure prise en compte de leurs droits. Découvrez cette action ici.

Les Amis des Aveugles et Malvoyants soutiennent cette action et seront présents à Mons pour vous rencontrer. L’événement se déroulera au carrefour de la rue de la Chaussée, Grand’rue, rue Samson et de la rue des Fripiers (à hauteur du magasin Levi’s et de l’ancien Mediamarkt) de 14h à 16h le samedi 3 décembre. Si en tant que personne déficiente visuelle vous vivez une situation de discrimination, vous pouvez prendre contact avec le service social de l’association qui vous aidera dans vos démarches auprès d’Unia.

Des droits comme tout le monde

Les personnes handicapées ont des droits, beaucoup de droits. Comme tout le monde. Ces droits sont définis dans la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. Cette convention, qui existe depuis 10 ans, a été ratifiée par la Belgique en 2009. Elle s’est ainsi engagée à respecter et faire respecter les droits des personnes handicapées.

Unia a été désigné par les autorités belges pour surveiller l’application de ces principes.

Vos droits

Toute forme de discrimination fondée sur le handicap est interdite. Les personnes handicapées ont le droit :

  • de participer à l’élaboration des lois et politiques qui les concernent ;
  • d’accéder aux écoles, logements, transports publics et à leur lieu de travail ;
  • de prendre des décisions, de gérer leur argent et leurs biens personnels ;
  • d’être protégées contre toute forme de violence ou d’abus physique ou psychologique, et d’être traitées avec respect ;
  • de vivre où et avec qui elles veulent et de bénéficier du soutien nécessaire à cet effet.

Les personnes handicapées ont également droit :

  • à un enseignement inclusif qui ne sépare pas les élèves handicapés des autres élèves ;
  • à des aménagements individuels et collectifs au sein de l’enseignement ordinaire ;
  • au travail, dans tous les secteur

Site Unia : http://www.unia.be/fr

bunposters_6

Une pétition européenne pour l’accès des chiens d’assistance

Fréquemment, des personnes déficientes visuelles accompagnées de chiens guides nous confient être confrontées à un voir des refus d’accès dans certains établissements ou bâtiments. Ces situations vont à l’encontre de l’autonomie, de l’inclusion et de la mobilité des personnes déficientes visuelles. Conscient du problème et espérant une amélioration au niveau européen, Mark van Gelder, a créé une pétition sur le site du Parlement européen au nom de la Fédération européenne des chiens guides et de Assistance Dogs Europe, sur les droits d’accès des personnes qui ont besoin de chiens d’assistance dans l’Union européenne

une jeune fille et son chien guide sur un trotoireIl est possible de la signer en cliquant sur le lien ci- dessous. Attention, il est nécessaire de s’inscrire préalablement via un formulaire de contact (bouton en bas de la page « créer un compte ».

https://petiport.secure.europarl.europa.eu/petitions/fr/petition/content/1140%252F2015/html/Petition-No-1140%252F2015-by-Mark-van-Gelder-%2528Dutch%2529-on-behalf-of-the-European-Guide-Dog-Federation-and-Assistance-Dogs-Europe%252C-on-access-rights-for-persons-who-require-assistance-dogs-within-the-European-Union

Les éducatrices du centre de formation de chiens guides des Amis des Aveugles, interpellent régulièrement des responsables de lieux ouverts au public pour assurer le respect de la législation belge en la matière. Celle-ci est à lire sur le site de la Belgian Assistance Dog Federation (BADF) dont Les Amis des Aveugles sont membres : http://www.badf.be/FR/toegangsrechtFR.html

Transports en commun – Les Amis des Aveugles sensibilisent la ministre Jacqueline Galant et la secrétaire d’Etat Elke Sleurs

Ce mardi matin, deux personnes déficientes visuelles et une instructrice en orientation mobilité des Amis des Aveugles ont participé à une sensibilisation de la ministre fédérale de la mobilité Jacqueline Galant et de la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées Elke Sleurs. Les deux femmes politiques ont accepté, le temps d’un voyage en train, de se mettre dans la peau d’une personne déficiente visuelle.

Jacqueline GalantLes yeux bandés, la ministre fédérale de la mobilité Jacqueline Galant s’est rendue à la Gare de Mons et a demandé de l’aide au point d’assistance. L’occasion d’annoncer une réduction du temps de réservation d’une assistance à 3 heures au lieu de 24 heures au départ de 18 grandes gares (dont la gare de Mons). (Voir le communique de presse du 3 septembre 2015)

http://www.rtl.be/videos/page/rtl-video-en-embed/640.aspx?VideoID=550579

Suivant les conseils avisés de Caroline Rogier, instructrice en orientation mobilité du centre de réadaptation des Amis des Aveugles, la ministre a utilisé une canne blanche et a été conduite non sans mal jusqu’à son train.

« C’est impressionnant ! » a confié Jacqueline Galant au sortir de cette expérience. « On n’a aucun repère donc il y a cette peur de l’inconnu. On doit s’orienter à l’aide des dispositifs au sol. On s’accroche à l’accompagnateur car on a peur de heurter un obstacle. Je pense d’ailleurs que celui de Mons a un bleu au bras ! Au bout de quelques minutes, on prend véritablement conscience de la nécessité d’uniformiser les gares mais également de toute l’importance du service qui est mis à la disposition des personnes non-voyantes. » La Province

Lors du trajet Mons-Bruxelles, Hannelore et Belinda, personnes déficientes visuelles accompagnées de leurs chiens guides et suivies par notre association, ont pu discuter avec la ministre. Elles lui ont expliqué leur ressenti comme par exemple le manque d’annonce vocale dans les trains.

Selon l’agence Belga, « La ministre a trouvé très intéressant de se retrouver dans les mêmes conditions que des personnes handicapées », a indiqué la porte-parole de Jacqueline Galant. « La mesure d’assouplissement annoncée va dans le sens de la réflexion menée concernant la construction et l’aménagement de gares pour le confort des voyageurs et plus particulièrement des personnes handicapées. »

Arrivée à Bruxelles, Jacqueline Galand a rencontré la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, Elke Sleurs qui a vécu la même expérience coté flamand.

Elke Sleurs a éprouvé des difficultés dès l’embarquement, faute de pouvoir être systématiquement assistée par des bandes de guidage au sol. La secrétaire d’État a, en revanche, pu bénéficier avec succès de l’aide des collaborateurs de la SNCB. Elle a relevé la nécessité d’améliorer l’information apportée aux voyageurs par micro. La voix du préposé aux appels est moins audible que la voix numérisée, a-t-elle constaté à son arrivée à la gare du Midi. Selon elle, des appels supplémentaires devraient être proposés durant le voyage; il n’est pas toujours aisé, lorsque le train s’arrête, de savoir s’il s’agit d’une halte ou de la destination finale. Il n’est pas non plus évident pour les passagers malvoyants de savoir s’ils doivent quitter le train par la porte de gauche ou de droite. «Je ferai des propositions à ma collègue Galant dans les prochains mois. Il lui appartiendra de les mettre en œuvre à la SNCB», a conclu la secrétaire d’État N-VA.  L’avenir.

elke-sleursBien sûr, il reste de nombreux éléments à améliorer dans les transports en commun et notamment à la SNCB. Nous remercions la ministre Jacqueline Galant et la secrétaire d’Etat Elke Sleurs de s’être mises dans la peau de personnes déficientes visuelles le temps d’un instant. La sensibilisation peut parfois ressembler au mythe de Sisyphe mais ce travail d’information et aussi d’éducation est nécessaire pour faire prendre conscience aux décideurs politiques de la réalité du handicap visuel.

SNCB – délai de réservation réduit pour les PMR

Ces dernières années, la SNCB a amélioré l’accès à ses gares et trains pour les personnes à mobilité réduite. Dans 131 gares, elles peuvent compter sur une assistance personnelle pour monter et descendre du train. Pour ce faire, la SNCB demande de réserver 24 heures à l’avance, mais à partir de 2016, l’opérateur ferroviaire propose de réduire à seulement 3 heures le temps de réservation pour les relations directes entre 18 gares.

Un temps de réservation nettement réduit pour deux tiers des clients concernés

La règlementation européenne a fixé le temps de réservation à 48 heures. Avec 24 heures, la SNCB fait déjà mieux et a besoin de ce temps pour offrir une assistance garantie et complète durant tout le trajet (correspondances et gare finale inclues). La SNCB essaie également de prêter assistance aux voyageurs sans réservation, mais la réservation offre une garantie de service.

La SNCB travaille depuis longtemps sur différentes possibilités pour réduire le temps de réservation sans pour autant nuire à la qualité du service offert.

L’opérateur ferroviaire a identifié 18 plus grandes gares (1) entre lesquelles une assistance endéans une période minimum de 3 heures pourrait être demandée. Il s’agit pour cela uniquement de l’assistance pour des relations directes entre les gares concernées.

Amélioration pour deux tiers de la clientèle concernée

Sur base des interventions effectives d’assistance dans les gares concernées, on peut en déduire que deux tiers de la clientèle qui demandent de l’assistance pourront de cette manière profiter du temps de réservation réduit.

La SNCB va présenter la nouvelle règlementation pour avis au Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées. La règlementation est prévue pour début 2016. Via le contact center, 40.699 demandes d’assistance ont été introduites en 2014 pour les personnes à mobilité réduite. C’est une augmentation de 11,6%. Ce nombre passe à 57.524 si on tient compte des demandes sans réservation dans les gares. Un dossier peut comprendre plusieurs interventions dans différentes gares. Ainsi, un navetteur à mobilité réduite qui voyage sans correspondance le matin vers son travail et le soir retourne à son domicile peut compter sur quatre interventions différentes.

(1) Charleroi-Sud, Liège-Guillemins, Mons, Namur, Bruxelles-Central, Bruxelles-Nord, Bruxelles-Midi, Anvers-Central, Bruges, Denderleeuw, Dendermonde, Gand-Saint-Pierre, Hasselt, Courtrai, Louvain, Malines, Ostende, Saint-Nicolas.

CP SNCB – 03/09/2015

L’accessibilité des parcs de loisirs

Les parcs de loisirs sont-ils adaptés aux personnes déficientes visuelles ? Stéphanie Jossart a mené l’enquête et a visité un parc d’attractions et un parc animalier, histoire d’en tester l’accessibilité.

pairi daiza 0Photo : Pairi Daiza. Un groupe d’enfants assis sur un muret. Certains portent une casquette blanche. Derrière eux, une statue : des éléphants enchevêtrés. A droite, le toit recourbé d’une pagode.

Lire la suite

L’accessibilité des agences BNP Paribas Fortis

Une conférence sur la diversité a été organisée par la banque BNP Paribas Fortis. Elle réunissait des asso­ciations autour de l’accessibilité des agences pour les personnes âgées, les personnes ayant un handicap visuel, mental ou auditif. L’objectif était de mieux cer­ner les besoins de ces diffé­rents publics et de mieux y ré­pondre. Les efforts réalisés pour améliorer l’accessibilité de la banque ont également été pré­sentés lors de cette confé­rence.

Lire la suite

Le tarif à bord de la SNCB n’est pas conforme avec la Convention Handicap des Nations Unies

SNCBJusqu’en janvier dernier, le voyageur qui achetait un ticket à bord du train, s’il en informait l’accompagnateur de train, devait payer un supplément de 3 euros. Celui qui n’en informait pas l’accompagnateur payait quant à lui un supplément de 12,50 euros.  Les personnes reconnues en situation de handicap, quant à elles, ne devaient payer aucun supplément. Le 1er février, la SNCB a introduit un supplément unique de 7 euros pour tous ses voyageurs. Le Centre interfédéral pour l’égalité des chances a, comme le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées, émis des réserves concernant cette nouvelle mesure. « Oui, vous pouvez demander à une personne sans handicap physique, sensoriel ou mental d’acheter un billet en ligne ou via un distributeur automatique en gare, mais pour un certain nombre de personnes en situation de handicap c’est tout simplement impossible » déclare Patrick Charlier, directeur adjoint du Centre. « Les transports publics sont par ailleurs bien souvent le seul moyen pour les personnes en situation de handicap de se rendre vers leur lieu de travail, d’étude, etc. »

Lire la suite