Déficient visuel et sportif ? Oui c’est possible !

Grégory Dubois a bientôt 31 ans. Né déficient visuel, il est atteint d’une forme grave de glaucome ainsi que d’une anomalie génétique encore à ce jour indéterminée. Il se définit lui-même comme un homme chanceux qui a pu se réaliser à travers sa passion pour le sport. Voici le témoignage de son parcours qui pour lui n’est pas une aventure extraordinaire mais plutôt une aventure humaine !

phpto_grégory_dubois« Si j’ai toujours eu la volonté de persévérer, de ne jamais rien lâcher, d’aller de l’avant, c’est grâce à des parents qui m’ont appris qu’il fallait se débrouiller sans avoir peur de demander de l’aide aux autres. C’est aussi grâce à des amis fidèles, des gens de tous horizons qui m’ont apportés des leçons de vie mais c’est aussi grâce à ma passion pour le sport.

Tout commence quand j’ai approximativement 8 ans. Il faut préciser que j’étais très petit pour mon âge. L’un des professeurs de sport de l’école spéciale où j’étais élève a décidé de me faire grimper sur un tandem. Un tandem c’est un double vélo. Etant malvoyant, j’étais le copilote placé à l’arrière.

À l’époque, vu ma petite taille, mes pieds ne touchaient pas les pédales et j’étais contraint de garder les pieds sur le cadre. Ce professeur, monsieur William Liégeois, un homme remarquable et très investit, a quand même eu l’excellente idée de m’initier. La première fois que j’ai grimpé sur ce vélo, lors de mon baptême, Monsieur Liégeois, a roulé de façon sécurisante tout en voulant me faire ressentir les sensations d’une route cabossée.

Mes parents, et tout d’abord mon père m’ont accompagné dans un club tandem, et j’ai roulé comme cela près d’une dizaine d’années. Nous participions aux sorties et soupers et nous faisions aussi partie du monde associatif qui gravitait autour. Plusieurs fois, mon père qui est militaire a fait des partenariats entre l’armée et ce club.

J’ai été décoré en avril 1994 par la Reine Fabiola, j’étais le plus jeune tandémiste de Belgique et ce trophée est l’une de mes plus grandes réussites. J’ai beaucoup de fierté à être le seul qui ai été décoré par la reine même si cette dernière n’a pas pu me le rendre en mains propres et qu’il m’a été remis par un ancien ministre. En 1999, j’ai été champion junior de Belgique, lors d’un championnat qui voyait concourir diverses tandémistes et je peux vous dire que face aux hollandais, on souffre !

Entre 2004 et 2013, j’ai arrêté le sport pour diverses raisons : les études, le boulot, quelques raisons personnelles. Je pense aujourd’hui que j’avais endormis une part de moi, et on sait tous que quand on oublie une part de soi-même, on est incomplet.

J’ai réintégré une salle de sport conventionnelle (pour les voyants) en 2013 et après 45 minutes de sport, je suis littéralement tombé mort d’épuisement. J’étais moulu, claqué, crevé mais à la fois si ravi. J’ai passé les portes de cette salle car à l’époque, épuisé par le rythme de travail et d’autres raisons personnelles, je n’étais pas en forme. Mon père m’avait suggéré de me reprendre en main. J’adore cette salle, elle n’est pas immense, pas de grandes renommée, mais elle est à taille humaine. L’aspect humain est pour moi la première vertu du sport, il fait rapprocher les gens et les pousse à bosser en équipe.

En parallèle, côté mer, car j’ai un petit pied à terre dans le nord de la France, j’ai fait un peu de kayak en 2014. En juillet de cette année, toujours dans le nord pas de Calais, j’ai commencé un peu sans conviction un sport maritime très peu connu, le longe-côte.

photo-longe-coteQu’est-ce que le longe-côte ? En fait, ce sport, à la base pour les voyants, consiste à marcher dans l’eau de mer en combinaison. Ça ne paraît pas physique mais c’est physique. Après tout, il y a la force de l’eau, les vagues, les marrées, le vent et j’en passe !

Mon père a fabriqué l’année dernière dans un coin de notre garage, une barre dérivée d’une pagaie ce qui me permets de marcher en indépendance. J’ai fait ma première compétition en avril de cette année, c’était pour le fun et cela m’a mené bien plus loin que je ne l’escomptais.

photo-longe-cote-2J’ai ressortis mon vélo tandem et ça fait du bien de pouvoir rouler ! Depuis 2013, je retrouve le plaisir de pédaler.

Mon rêve ce serait de faire du parachute ascensionnel. Quand j’étais enfant et jeune adolescent, j’ai fait des baptêmes de toutes sortes : voiture de rallye, spéléologie, montgolfière, ULM, jet-ski, bateau, moto, et bien plus. J’ai fait un baptême en petit avion et l’instructeur m’a même permis d’atterrir.

Je m’appelle Grégory Dubois, et j’estime avoir encore beaucoup de choses à faire dans ma vie et dans le domaine sportif. »

Publicités

Clubs de Lecture de Charleroi, accessibles aux personnes déficientes visuelles et aux personnes à mobilité réduite

L’A.S.B.L. « CENTRE D’ACTION LAÏQUE DE CHARLEROI », l’A.S.B.L. « L’OEuvre fédérale LES AMIS DES AVEUGLES ET MALVOYANTS » et « HAINAUT CULTURE TOURISME » ont le plaisir de vous convier à leurs prochains clubs de lecture accessible aux PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES et AUX PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

Image1

Jeudi 2 juin – 15 heures
>> Centre d’Action Laïque de Charleroi
Rue de France, 31—6000 Charleroi.

Lundi 20 juin – 9 heures 30
>> Résidence « Au R’Cwè di Vî Clotchi »
Rue de Gilly, 237 —6010 Couillet.

Ces séances de lecture seront consacrées à l’ouvrage d’Armel Job:
« Tu ne jugeras point »

Lorsque l’enfant disparaît…
Lorsque, ce jour-là, Denise Desanti entre dans un magasin, elle est pressée et elle laisse son enfant dans la poussette, devant la porte. Lorsqu’elle ressort, la poussette est vide…
Une enquête est entamée.Denise Desantis est une femme ordinaire, effacée. Mère de quatre enfants. Tout prouve son innocence… et pourtant…

Ces séances, seront animées par Anne SEVENS – LAHOUSTE.

Ces activités sont gratuites et ouvertes à TOUS

Réservation souhaitée pour :
>> Le Centre d’Action Laïque de Charleroi : 071 53 91 72
>> La Résidence « Au R’Cwè si Vî Clotchi » auprès de Aurore Sablon ou Jessy Heyligen :   071 36 08 27 ;

Infos et renseignements.
Centre d’Action Laïque de Charleroi
Rue de France, 31 – BE 6000 Charleroi – 071/53.91.72
http://www.charleroi.laicite.be-calcharleroi@laicite.be

ou

Michel Rosart – 0475/49.83.66
michel.rosart@rosart.be

Les parlementaires bruxellois, la STIB et le CAWaB se mobilisent pour améliorer l’accessibilité des transports en commun bruxellois

Les Amis des Aveugles ont participé ce lundi 23 mai à une sensibilisation  des députés du Parlement bruxellois, organisée par le CAWaB (Collectif Accessibilité Wallonie-Bruxelles). L’objectif du jour était de montrer aux élus politiques les bons et les mauvais côtés du réseau des transports en commun bruxellois (STIB) en matière d’accessibilité.

Depuis plusieurs mois, la STIB et le Collectif Accessibilité Wallonie-Bruxelles (CAWaB) travaillent conjointement afin d’améliorer l’accessibilité du réseau de transports en commun bruxellois.

Malgré les efforts fournis, des difficultés persistent sur le terrain. Les parlementaires de la Commission Infrastructures du parlement bruxellois en ont eu écho et se sont manifestés auprès de la STIB et du CAWaB. Leur souhait : se rendre compte par eux-mêmes des embûches rencontrées par les personnes à mobilité réduite (PMR) pour ainsi apporter les meilleures réponses.

Une station de métro. la députée est près d'une borne directionnelle. Elle touche les reliefs et l'écriture braille.

Ce lundi 23 mai 2016, 13 parlementaires de la Commission Infrastructures ont donc approché la réalité des personnes en situation de handicap. Durant une après-midi, ils ont expérimenté ce que vivent les PMR au quotidien. Chacun a réalisé, en compagnie d’une PMR, un parcours en fauteuil roulant ou un déplacement en aveugle (sous bandeau). Une combinaison simulant la vieillesse était aussi mise à disposition. Chaque équipe a réalisé un déplacement en bus, en métro et en tram.

la députée est en bas d'un escalator qui monte. Elle est guidée par un labrador blanc

La députée Cieltje Van Achter s’est bandée les yeux et s’est laissée guider par la douce Rosabelle, labrador en formation au centre de formation de chiens guides des Amis des Aveugles. Elle a été impresionnée par le travail du chien guide et d’apprendre les besoins des malvoyants et aveugles qui empruntent régulièrement les transports en commun. Par exemple, les particularités des déplacements avec un chien guide, l’importance des contrastes, des lignes guides ou encore d’une synthèse vocale suffisamment audible et d’un affichage claire lui ont été expliqués.

 

Au terme de cette mise en situation, des échanges entre les parlementaires, la STIB et le CAWaB ont permis de parler des difficultés rencontrées et de mettre en avant la nécessité de renforcer la politique d’accessibilité du réseau de transports en commun bruxellois.

Reportage de la RTBF : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_accessibilite-de-pmr-des-deputes-bruxellois-prennent-le-metro-en-chaise-roulante?id=9306907

Pour suivre l’activité du CAWaB : https://www.facebook.com/2025accessible/ ou encore https://sites.google.com/site/cawabasbl/

Rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique pour les aveugles et malvoyants

Dans le cadre de la 32e édition du Festival International du Film d’Amour (FIFA), l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants a réuni le 24 février 2016 à Mons les décideurs politiques, les éditeurs, les diffuseurs, et les producteurs d’œuvres audiovisuelles pour faire le point sur l’accessibilité de l’audiovisuel pour les personnes déficientes visuelles (le lien vers le compte-rendu de la rencontre se situe dans le bas de l’article).

Accessibilité de l'audiovisuel pour les personnes aveugles et malvoyantes en Belgique

Le cinéma adapté pour les aveugles et les malvoyants

Depuis 1999, l’œuvre fédérale Les Amis des Aveugles et Malvoyants, soutenue ponctuellement par les pouvoirs publics, audiodécrit 5 à 6 films par an. L’audiodescription consiste en l’insertion de commentaires descriptifs sur la bande originale d’un film. Précurseurs du développement de cinéma en audiodescription en Belgique, Les Amis des Aveugles ont mis en place une méthodologie qui préserve la spontanéité et ne dénature pas l’œuvre originale. Forte de ses partenariats, l’ASBL propose des ciné-clubs en audiodescription et participe à des festivals de renommée internationale. Ces séances permettent aux personnes aveugles et malvoyantes de partager des moments de convivialité et de rencontres.

Rendre les œuvres audiovisuelles progressivement accessibles

D’un point de vue légal, une directive européenne du 11 décembre 2007 (directive 2007/65/CE) encourage les Etats membres à rendre progressivement accessibles les œuvres audiovisuelles aux personnes déficientes visuelles. En Belgique, l’offre de films audiodécrits, à la télévision comme au cinéma, repose actuellement sur la bonne volonté d’associations et de quelques opérateurs sensibles aux déficiences sensorielles, même si celle-ci est insuffisante pour rencontrer les besoins de ces publics.

L’utilisation des nouvelles technologies pour favoriser l’accessibilité

Le débat riche et dynamique a mis en lumière une nécessaire implication du monde politique et des différentes intervenants dans la vie d’une œuvre audiovisuelle pour une plus grande accessibilité de l’audiovisuel. Le coût dérisoire de l’audiodescription et de l’utilisation des nouvelles technologies ont été pointés comme des éléments favorisant le développement de l’audiodescription. De l’avis de tous les participants – RTBF, Canal C, VRT, CSA, Zicht op cultuur, FIFA, Union des Producteurs Francophones de Films, Centre du Cinéma, AVIQ et les Cabinets de Maxime PREVOT et de Jean-Claude MARCOURT – mutualiser les expertises et les compétences de chacun est nécessaire pour créer une offre foisonnante d’œuvres audiovisuelles accessibles à tous et en toute convivialité.

Consultez le compte-rendu de la rencontre-débat sur l’accessibilité de l’audiovisuel en Belgique : format Pdfformat Word

Visite adaptée au musée du Doudou – 20 mai

Danlogo musée du doudous le cadre de Mons 2015, capitale européenne de la culture, un musée a été spécialement dédié au folklore montois symbolisé par le « Doudou », évènement inscrit au patrimoine oral et immatériel de l’Humanité. L’association Les Amis des Aveugles, partenaire de longue date du pôle muséal de la Ville de Mons, a participé à l’adaptation du musée et propose une visite adaptée de ses collections le 20 mai à partir de 10 heures.

Le bâtiment abritant le musée se situe au Jardin du Mayeur, non loin de la Grand-Place de Mons. L’accès peut poser des problèmes aux personnes à mobilité réduite (pavés et escaliers pour arriver au Jardin du Mayeur) mais une rampe PMR est disposée rue du onze novembre. Le musée est sur 3 étages et l’accessibilité du bâtiment en lui-même a été bien pensée.

Le musée permet de bien ressentir la ferveur et l’esprit du Doudou : chaque pièce est sonorisée de manière tout à fait originale (vidéos avec effet 360°, effets sonores, battements de cœur, chants, applaudissements). Le visiteur est plongé dans l’ambiance dès la première salle.

Grâce aux conseils du service accompagnement des Amis des Aveugles et d’un groupe test de personne déficientes visuelles l’aspect tactile n’a pas été oublié. Il est possible de toucher des éléments des costumes des acteurs du combat dit Lumeçon et notamment la tenue de Saint-Georges (casque, lance, etc) et une reproduction du dragon. L’exposition est fort visuelle mais les adaptations et les audio-descriptions de la guide permettront de la rendre compréhensible aux déficients visuels. Ce musée ne propose pas de visites guidées mais le visiteur peut faire son parcours accompagné d’un audio-guide ou participer à des visites adaptées aux personnes déficientes visuelles. http://www.museedudoudou.mons.be/

Visite adaptée avec le service sports & loisirs le 20 mai à 10 heures

Adresse ? Jardin du Mayeur, Grand’Place – 7000 Mons

Prix : 5€ par personne

Horaires et prises en charge :

  • 9h15: Départ de Ghlin
  • 9h30 : Gare de Mons
  • 9h45 : Jardin du Mayeur
  • 10h à 12h : Visite
  • 12h30 : Gare de Mons
  • 12h45 : Retour à Ghlin

Renseignements : 065.40.31.00 – s.sports-loisirs@amisdesaveugles.org

La ducasse de Mons

Dans une semaine débuteront les festivités de la ducasse de Mons, appelées « le Doudou ». Le temps fort de cette fête multiséculaire aura lieu le dimanche 22 mai lors de la procession du Car d’or et du combat dit Lumeçon opposant Saint-Georges à un dragon.

Un preux chevalier, Saint-Georges, qui combat un monstre horrible, le Dragon, dans une arène de sable au beau milieu de la Grand-Place de Mons, pendant une demi-heure, chaque année le dimanche de la Trinité, en présence d’une foule énorme et enthousiaste: en quelques mots, c’est cela le Combat dit Lumeçon. http://www.mons.be/patrimoine-mondial/ducasse-de-mons/doudou/ducasse-rituelle/combat-dit-lumecon

Mémoire sur les effets du sport chez les personnes déficientes visuelles

Chloé Joly est étudiante en kinésithérapie à Charleroi. Elle réalise un mémoire sur les effets du sport chez les déficients visuels. L’étude compare l’équilibre, la représentation spatiale et le bien être entre des personnes sportives et non sportives.

eh2e1614Elle souhaite rencontrer des personnes avec une déficience visuelle pour réaliser des mesures. Celles-ci seront prises une unique fois, durant 20 minutes. Elle se déplacera avec les appareils nécessaires pour réaliser cette étude lors d’un atelier, ou d’un rendez-vous…

Chloé Joly – chloejo@hotmail.fr