Chien guide – un métier pas comme un autre

Salut, moi c’est Junior, jeune labrador de couleur noir. Je suis scolarisé dans une école un peu particulière, le centre de formation de chiens guides des Amis des Aveugles à Ghlin (Mons). Notre formation répond à des critères garantis­sant la qualité de notre futur travail de chien guide. En voici les dif­férentes étapes. Suivez-moi !

Lire la suite

Vie quotidienne : une app pour vous assister

La nouvelle application gra­tuite Be My Eyes permet de porter assistance à distance aux personnes déficientes vi­suelles qui peuvent utiliser leur appareil iOS (Iphone) pour « voir » à travers les yeux d’une autre personne.

Baptisée « Be My Eyes » (Soyez mes yeux), cette app connecte en effet des gens qui présentent une déficience visuelle avec des volontaires voyants de part le monde. Développée par la société danoise Robocat, cette application permet de lancer une visioconférence entre les deux utilisateurs pour permettre à l’assistant de décrire à son interlocuteur malvoyant ce que ce dernier lui montre à travers le capteur vidéo de son smartphone.

En pratique, une notification est envoyée à un volontaire lorsqu’un malvoyant a besoin d’aide. Il peut accepter ou refuser la demande s’il n’est pas disponible. Celle-ci sera simplement transférée à un autre utilisateur.

Actuellement ce service n’est disponible que sous iOS, mais une version pour Android est en préparation.

Découvrez Be My Eyes sur l’appstore (en anglais)

Source : http://www.handicapzero.org/newsletter/janvier-fevrier-2015/#c46241

La vie bien remplie d’un employé de banque

Atteint d’une rétinite pigmentaire, Pascal De Groote a perdu la vue depuis 15 ans. Il nous raconte son parcours au sein de la banque BNP Paribas Fortis.

A quel moment s’est déclarée votre maladie ?

« Tardivement. Les pro­blèmes ont commencé le soir et à l’extérieur. Je ne voyais alors plus rien. Cela s’est ag­gravé progressivement. D’abord une vi­sion tun­nel, je ne voyais pas sur les cô­tés. je perdais de la mobilité et de l’indépendance. Une amélio­ration est ar­ri­vée grâce au chien guide qui m’a rendu de l’autonomie dans mes dé­pla­cements. J’estime que je ne vois plus rien de façon fonc­tionnelle depuis 15 ans. Je peux voir des sources lu­mi­neuses si elles sont assez fortes. Par­fois, je me trompe et pense que ma fille a ou­blié d’éteindre dans le couloir (rires).»

pascal et son chien guide

Lire la suite

Test des poêles Tefal

Abonnée à la revue « Femmes d’aujourd’hui », Martine a répondu à une annonce d’un panel de tests pour les poêles Tefal. Elle a rempli le questionnaire de barrage et a été sélectionnée.

Aviez-vous signalé que vous étiez malvoyante ?

Non car je préférais réaliser le test comme tout le monde en faisant mes propres expériences. Je leur ai seulement dit en répondant au questionnaire qu’on devait rendre après avoir réalisé les tests.

Lire la suite

L’application de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées

Récemment, le Comité des droits des personnes handi­capées de l’ONU a adressé des recommandations à la Belgique concernant l’application de la Convention des droits des personnes handicapées.

La Convention des droits des personnes handicapées.es (

onu

Le 13 décembre 2006, l’ONU a adopté la Convention relative aux droits des personnes handicapé (CDPH). Elle est entrée en vigueur au niveau inter­national le 3 mai 2008. Cette conven­tion a été ratifiée par la Belgique le 2 juillet 2009 et est entrée en vigueur le 1er aout 2009 au niveau national.

Lire la suite

Frédéric Lamory – nouvel album

Frédéric Lamory, non voyant de naissance, présente sa passion pour la musique et son deuxième album « Son métier d’homme » sorti dans les bacs le 17 octobre.

Comment est née votre passion pour la musique ?

J’ai appris à jouer du piano vers l’âge de 6 ans. Je devais jouer des mor­ceaux de musique classique. Mais ce n’était pas mon truc parce qu’à la maison, mes parents écoutaient beaucoup de musiques de variétés. Vers 9-10 ans, je me suis mis à reproduire des chansons enten­dues à la radio. Ma préférée était de loin « Hello » de Lionel Richie. L’apprentissage du piano de­mande du temps car il faut maîtriser le code braille qui permet de lire des partitions. Il fallait ensuite mémoriser les notes pour pouvoir les reproduire sur le clavier. Je pratique aussi le chant depuis l’âge de 3-4 ans.

Lire la suite

Peut-on associer plaisir et objectif thérapeutique ?

Le handicap visuel a des conséquences fonctionnelles importantes sur le quotidien de la personne qui se traduisent par une perte d’autonomie plus ou moins grande. Il n’est d’ailleurs pas rare que les personnes sombrent dans la dépression dès l’annonce du handicap visuel. La rééducation fonctionnelle est un moyen par lequel le processus de reconstruction devient possible et les activités à nouveau disponibles.

Divers ateliers thérapeutiques ont été créés afin d’atteindre des objectifs thérapeutiques ciblés dans le programme de rééducation fonctionnelle tout en conciliant apprentissage, autonomie, bien-être et surtout PLAISIR !

Lire la suite

Mireille Thys – Le regard haptique

Charleroi, lumière douce d’un matin d’automne, je me trouve le long d’une grand-route devant une vieille bâtisse du début du 20e siècle bordée d’arbres. Mireille Thys, artiste peintre m’a invité à découvrir ses tableaux ex­posés dans une résidence privée.

« Vous êtes chez vous » dit le propriétaire, amateur d’art en nous accueillant chaleu­reusement. Le parquet craque sous nos pas comme pour nous rappeler que nous ne sommes pas les premiers à l’avoir foulé. Des mosaïques évoquent les motifs qui ont fait le succès du style art déco. L’art semble habiter cette mai­son depuis toujours… Chaque pièce accueille les tableaux de Mireille. Grands, petits, seuls ou en plusieurs parties, leurs couleurs attirent le regard. Je vais vite découvrir que la vue n’est pas le seul moyen pour apprécier le travail de l’artiste peintre. Elle dépose sa canne blanche sur une table pour me guider dans une exposition intimiste.

Amireille-thys-peintre-non-voyante 1ncienne directrice de banque, Mireille Thys a perdu pro­gressivement la vue depuis une quinzaine d’années. Il lui reste à présent une acuité vi­suelle égale à 1/36e à l’œil gauche vers le bas. Cela lui permet de percevoir, avec comme elle dit « son rayon la­ser », quelques couleurs qui peuvent être altérées par rapport à la réalité.

Lire la suite